Hydrophobia Prophecy : Le test

Hydrophobia : Prophecy est un jeu d’action développé et édité par Dark Energy. Il est d’abord sorti sur le XBLA le 29 septembre 2010 (sous le nom d’Hydrophobia) puis sur PC le 9 mai 2011 et enfin sur le PSN le 2 novembre 2011. C’est un jeu arcade, il n’est donc pas très cher (400 MS, 5€ sur Steam)

Introduction :

Le scénario d’Hydrophobia : Prophecy est assez simple à résumer, même un peu trop. Donc si vous aimez les jeux avec un scénario digne des plus grands films, mieux vaut passer votre chemin. Ici, vous n’aurez qu’un scénario digne d’une série B ou d’un mauvais film d’action. Je vais tout de même vous le résumer (et oui, je suis gentil …).

L’action a lieu dans une ville-bateau du nom de Queen of the World en l’année 2046. Le monde a été ravagé par la famine et la pauvreté à cause du réchauffement climatique. L’eau (potable) est devenue une des ressources les plus rares sur Terre. Le Queen of the World est donc l’ultime bastion contre le réchauffement climatique. Des expériences y sont menées pour purifier l’eau grâce à des nano-robots. Malheureusement, des terroristes (super original …) décide d’attaquer le navire. Ils se font appeler les Malthusien (du nom de Thomas Malthus : Malthusianisme (wiki)). C’est un peu prêt tout. Je ne vais pas vous dévoiler l’intrigue (il y en a tout de même une) car je pourrais trop vous spoiler (déjà que le jeu n’est pas fort long).

Petite originalité, vous ne commandez non pas un homme mais une femme qui se prénomme Kate.

Hydrophobia 2

Elle est ingénieur système sur le Queen of the World (attendez, un ingénieur pris dans une situation incroyable ? Mais je connais ça ! Ne serait-ce pas Dead Space ?). Vous commencez donc dans la cabine de cette gentille Kate mais bien vite vous descendrez dans les entrailles du bateau pour une histoire de système défaillant et là : BOUM ! Le jeu démarre réellement.

Hydrophobia 3

Vous le constatez, ce n’est en rien fort original. Passons maintenant au test.

Test :

Comme annoncé dans ce post : [Test] Mise en place de mes tests, je vais décomposer le test selon quatre catégories principales et une cinquième secondaire.

Gameplay :

Le gameplay est tout de même plus intéressant que le scénario (heureusement !). Comme je vous l’ai dit, il y a eu une explosion. Qui dit explosion à bord d’un bateau dit flotte à n’en plus finir. Le gameplay tient son originalité de cette gestion de l’eau. Le moteur physique du jeu (HydroEngine, cela ne s’invente pas) permet d’avoir une gestion de ce fluide assez bien rendue. Vous devrez donc vous battre tout autant contre l’eau que contre les terroristes. Au début de votre progression, vous ne serez que légèrement mouillé mais plus vous avancerez et plus l’eau montera. Vous devrez donc nager et même plonger pour survivre. Le jeu propose réellement une sensation d’eau, vous aurez en effet l’impression d’être en permanence trempé jusqu’aux os.

Hydrophobia 4Hydrophobia 12

Outre l’eau, vous aurez à affronter des terroristes lors de votre pérégrination dans les couloirs du bateau. Au début de l’aventure, vous n’aurez qu’un pistolet sonique. Celui-ci ne permet pas de tuer mais d’assommer les ennemis (super !). Vous débloquerez d’autres balles au fur à mesure de l’aventure. Ne vous en faites pas, tirer sur l’ennemi n’est pas une bonne idée. Les couloirs regorgent d’éléments pouvant servir d’armes (souvent mortelles) : conduite de gaz, générateur électrique, verrière, …

Hydrophobia 21

Dark Energy a aussi implanté un système de couverture assez classique (cacher, tirer à l’aveugle). Vous aurez aussi quelques phases de plateforme à la manière d’un Prince of Persia (sans atteindre la qualité des animations de celui-ci). Les dernières phases de plateformes seront assez pénibles sur la fin du jeu. La maniabilité n’est pas toujours exemplaire sur les sauts.

Malheureusement, le jeu épuise vite ses atouts. Passé une heure et demie de jeu, vous vous retrouverez à faire tout le temps la même chose (le jeu est assez dirigiste). Il faut savoir que 80% des portes du bateau sont verrouillées. Vous devrez donc à chaque fois les ouvrir. Après une recherche de clé en tuant des ennemis, vous devrez trouver le code secret avec une tablette graphique et ensuite ouvrir la porte. Cela passe 5 fois mais pas 15.

Hydrophobia 10

Pour résumer, Hydrophobia reprend un peu tous les éléments de gameplay des autres jeux pour les mettre ensemble. Cela donne un truc assez sympathique durant les 2 premières heures mais après on s’ennuie fortement. On aurait préféré une meilleure répartition des éléments.
Note :

Graphismes :

Hydrophobia : Prophecy possède des graphismes assez détaillés. L’eau est modélisée avec soin ainsi que les environnements. La modélisation de Kate est nickel, on regrettera par contre, l’unique modèle pour les terroristes. Les cinématiques utilisent le moteur de jeu et ne sont pas super enivrantes mais elles remplissent leur rôle pour l’histoire. On a donc un jeu assez plaisant à regarder sans toute fois nous subjuguer. Il faut rappeler que le jeu se déroule dans des couloirs,  on n’a donc pas une diversité de décors qui aurait pu montrer les limites du moteurs graphiques. De plus, le jeu ne possède pas le budget d’une grosse production, cela reste un jeu arcade indépendant.

Hydrophobia 13

On peut toujours discuter sur le gameplay, le scénario car les moyens ne sont pas spécialement limités mais pour les graphismes, c’est toujours plus délicat. Hydrophobia s’en tire donc avec les honneurs.
Note :

Bande-Son/Scénario :

Au niveau de la bande-son, elle est correcte pour les bruitages mais les doublages (anglais sous-titré français) sont un peu énervants. Vous avez un ami Scoot qui vous aide tout au long de l’aventure en vous guidant par radio. Le doubleur surjoue un peu mais rien de gênant. Par contre, lors de la fin, je mourais assez souvent et la méchante répétait à chaque fois les mêmes phrases ce qui à la longue tape sur le système, surtout lorsque sa voix est désagréable. On a donc une bande-son correcte et qui passe bien dans l’ensemble à part des doublages inégaux.

Mention spéciale au cri Wilhem que l’on peut entendre (Cri Wilhem (wiki)). Si vous voulez avoir un aperçu du cri et de ses nombreuses apparitions, je vous conseille de regarder cette vidéo :

Note :

Comme je l’ai dit dans l’introduction, c’est ici que c’est problématique. On a un scénario prévisible, lassant et banal. Encore heureux que l’ambiance générale du jeu (emprisonné dans l’eau) redore le blason. Le pire est sans doute la fin avec un élément que je vous ne dévoilerai pas qui arrive trop tard à mon goût.

Note :

Durée de vie :

Le jeu se boucle en 4 heures ce qui est assez court. A la fin de l’histoire principale, vous débloquerez un mode défi mais qui est totalement inintéressant car il reprend les éléments bancals du gameplay : tuer autant d’ennemis possibles en un temps donné. On a donc une durée de vie assez réduite même pour un jeu arcade vendu à petit prix. Et autant dire que la rejouabilité est nulle. Le jeu est trop dirigiste et le peu d’éléments surprenants du scénario seront connus à l’avance.

Note :

Optimisation – Interface – option graphique :

Hydrophobia : Prophecy propose un bon nombre d’options graphiques et est assez stable. Sur ma configuration on atteint une moyenne de 58 images par seconde ce qui est très correcte. Le maniement du personnage est aisé et la caméra ne pose pas de problème. On a donc un jeu qui a subit un bon portage sur PC.

Note :

Conclusion :

Hydrophobia : Prophecy est un jeu d’action assez classique qui peut-être plaisant si vous avez quelques heures à tuer. Ce qui n’est pas à négliger, c’est son petit prix. On a donc jeu sympathique pendant 2 heures mais qui devient plus lassant sur les 2 suivantes.
Note globale (pour une explication sur les notes : voir ici) :

Vidéo de gameplay :

Gallerie d’images :

Merci de votre lecture ! Si vous avez des commentaires positifs ou négatifs, n’hésitez pas !

Plateforme PC – XBOX360 – PS3
Développeur Dark Energy
Editeur Dark Energy
Date de sortie (XBOX 360 – PC – PS3) 29/09/11 – 09/05/11 – 02/11/11
Prix (XBLA – Steam) 400 MS / 5 €
Configuration minimum Windows XP/Vista/7, Intel® Core2 Duo, AthlonXII, 2Go RAM, 8 Go d’espace libre, NVIDIA® 8600GT ou ATI® Radeon HD3650 comportant 512 Mo de mémoire vidéo, Direct X-compatible sound card, DirectX® 9

4 réflexions sur « Hydrophobia Prophecy : Le test »

  1. Acheté ce matin sur le Playstation Store pour moins de 2 €, franchement à ce prix on ne peut que se réjouir de jouer pour pas cher.

    1. Oui, je l’avais aussi acheté pour pas cher : 1€75 sur Steam. C’est sûr que jouer pas cher, c’est toujours agréable. En plus, bien souvent on découvre de nouveau jeu.

  2. dac avec ton test
    pour 0.49 sur steam (et jlai deja eu pour 2euros sur xbla)
    faut par cracher dessus c’est un ptit « clone » de tomb raider legend version aqualand

Laisser un commentaire