March of the Eagles : 4e carnet de développement

Bienvenue pour ce 4e carnet de développement de March of the Eagles, il est consacré aux forces expéditionnaires. Comme d’habitude, je vais vous le traduire.

Si vous avez raté les anciens carnets de développements, ils se trouvent dans la catégorie wargame. Dès lors, pour ne pas rater les suivants, il existe le flux RSS (bas de page) ou la page facebook (à droite sur la page d’accueil ou par lien direct : page facebook).

« Dans la guerre, tout est simple, mais le plus simple est difficile »

Karl Van Clausewitz

Commençons :

Bienvenue pour ce nouveau carnet de développeur pour March of the Eagles ! Aujourd’hui, nous allons révéler des informations détaillées concernant l’accès militaire, les forces expéditionnaires et les garanties.

  • Accès militaire :

Comme dans tous les wargame Paradox, vous pouvez accorder et demander l’accès militaire. En d’autres termes, vous pouvez donner à un autre pays la permission de traverser vos provinces ou demander sa permission pour traverser ses provinces. Si elle est acceptée, l’accès demandé par vous ou par le pays permettra de marcher à travers les provinces d’un autre pays, ainsi que d’accoster dans ses ports. Vous ne pouvez déclarer la guerre à un pays si qui vous a délivré un accès militaire. Donc n’ayez pas peur des attaques sournoises ! En accordant un accès militaire vous ne laisserez pas l’ennemi arriver jusqu’à votre porte.

  • Les forces expéditionnaires :

Comme pour Heart of Iron III, March of the Eagles vous permet d’utiliser des forces expéditionnaires, elle sont gérées un peu différemment. Un corps expéditionnaire est un détachement militaire envoyé par un pays pour combattre dans un autre et celui-ci est contrôlé par le pays destinataire. Lorsqu’il s’agit de forces expéditionnaires, vous avez essentiellement trois actions différentes entre vos mains : envoyer, requête et retraite.

Les membres de votre coalition peuvent vous demander d’envoyer une force expéditionnaire, et cette force sera alors contrôlée par le pays qui vous l’a demandée. La force peut-être terrestre ou navale, et peut-être fusionnée avec son armée ou sa flotte pour renforcer sa puissance militaire. Le pays qui contrôle la force expéditionnaire est responsable de tout renfort et des coûts de maintenance. La force expéditionnaire peut , bien sûr, être renvoyer dans le pays qui l’a fournie.

Quand il s’agit de force expéditionnaire de vos satellites ou de vos vassaux, vous n’avez pas besoin de demander ou besoin d’être poli. Ils sont à votre commande et vous pouvez choisir parmi eux d’avoir des forces expéditionnaires, afin de fournir des hommes  pour servir dans votre armée. 

  • Proclamer des garanties :
Nous avons écrit à propos des coalitions dans le journal de la semaine dernière et soulignez les conséquences pour rentrer dans une coalition, y compris la promesse de les rejoindre dans leurs guerres. Cependant, vous pouvez aussi annoncé des garanties aux pays les plus faibles en dehors de votre coalition. Si vous choisissez de proclamer une garantie, cela signifie que vous allez défendre un pays plus faible et venir à sa défense en se joignant à la guerre si le pays est attaqué. Cela veut dire que les coalitions entre états sont toujours des accords bilatéraux : c’est sur un accord mutuel que les deux partis ce font confiance pour venir se défendre mutuellement en cas d’attaque.
De l’autre côté, une garantie est une alliance défensive unilatérale. Seul le pays qui a proclamé la garantie a l’obligation de venir en aide au plus faible en temps de guerre.
Vous pouvez revenir sur votre obligation, bien sûr, et choisir de ne pas vous joindre à la guerre – rompant votre promesse et votre garantie. Cependant, cela vous coûtera un certain prestige. Personne ne respecte un pays qui ne sauvegarde pas ses paroles par des actes !
La semaine prochaine, nous serons de retour pour parler des armées…
Voici la fin de ce carnet. Merci de votre lecture.

Si vous souhaitez lire l’article en anglais, cliquez ici.

 

Laisser un commentaire