Insurgency : Le test

Insurgency Early Access Logo

Insurgency est un FPS multijoueur développé et édité par New World Interactive. Il est disponible sur PC/Mac (Steam) depuis le 22 janvier 2014. Il s’agit de la version standalone d’un célèbre mod d’Half-Life 2.

Ce test a été réalisé à partir d'une clé fournie par l'éditeur. 

Introduction :

Après un échec malheureux sur Kickstarter et des mois d’Early Access, Insurgency est enfin disponible en version finale. Ayant pu suivre le développement et les changements (nombreux) effectués sur le jeu, je peux déjà vous assurer que le jeu évoluera et que les développeurs, New World Interactive, ne sont pas du genre à laisser tomber leur bébé.

Vous ayant donc proposé une impression bêta du titre en novembre dernier, je ne vais pas tout répéter ici (Impression bêta d’Insurgency). Je vais toutefois vous proposer un test, qui je l’espère sera complet, avec quelques retours en arrière pour montrer le travail accompli. Ce test sera également l’occasion de voir si oui ou non le jeu m’a plus séduit que par le passé ou me laisse toujours un léger goût amer en bouche.

Insurgency est donc un FPS multijoueur « réaliste ». Par ce mot, j’entends : « une balle, t’es mort ! » Comme dirait le célèbre adage, « rien ne sert de courir, la mort arrivera à point … ». Toujours est-il qu’il faudra rester très prudent sur le champ de bataille et la moindre partie de votre corps dépassant d’un abri pourra vous être fatale.

Insurgency 6Insurgency 27

A la manière d’un Red Orchestra ou d’un Arma, le jeu d’équipe sera primordial pour tenter de survivre face à l’ennemi, qu’il soit réel ou informatique. Insurgency propose en effet plusieurs modes de jeu, dont de la coopération contre une IA assez inégale. Le nombre d’ennemis compensera cependant ces quelques soucis. Au-délà de ces modes coop, Insurgency propose essentiellement des modes multijoueurs purs et durs. Pas particulièrement innovants, on y retrouvera du team deathmatch, du research & destroy, …

L’air frais arrivera avec le gameplay, dont je vais de suite vous fournir les détails dans le test.

Test :

Comme annoncé dans ce post : [Test] Mise en place de mes tests, je vais décomposer le test selon quatre catégories principales et une cinquième secondaire.

Gameplay :

L’originalité d’Insurgency vient donc de son gameplay. Tourné vers le réalisme, cela vous changera énormément d’un Call of Duty ou même d’un Battlefield déjà moins arcade. Si votre truc, c’est de bourriner, sauter partout et montrer votre skill, passez de suite votre chemin ! Avec Insurgency, en dehors du fait que vous vous ferez dessouder, vous ne vous amuserez pas.

Insurgency 24Insurgency 14

Les développeurs ont donc concentré leur effort sur ce côté réaliste, même si on atteint pas les sommets d’un Arma, production indépendante oblige. Depuis la bêta, le jeu a gagné en souplesse et en habillage. Je m’explique. Désormais, une roue de commande vous permettra de demander vos ordres et la partie sonore a été entièrement revue. Le jeu d’équipe est donc plus agréable et plus fluide, du moins quand l’équipe suit … ce qui n’est malheureusement pas souvent le cas. Si je ne dis pas que je joues en permanence l’objectif, voir vos alliés perdus ou ne faire que de kills est particulièrement énervant. Le choix du serveur sera donc très important et votre plaisir de jeu dépendra essentiellement de cette équipe.

Réalisme oblige, le friendly fire sera également de la partie … et c’est bien dommage ! Avec le déferlement de nouveaux joueurs, les morts par équipier seront très fréquentes et particulièrement agaçantes ! Je suppose que la communauté et les réflexes excessifs des nouveaux se calmeront avec le temps, mais pour l’instant, quelle plaie !

Le gameplay d’Insurgency déroutera donc les nouveaux venus mais les amateurs apprécieront.

Note :
Gameplay3,5

Graphismes :

Profitant du Source Engine, Insurgency prouve que le moteur de Valve a encore du répondant et qu’il n’a pas à se cacher devant d’autres productions indépendantes. Si certaines textures sont assez hideuses, le jeu reste dans l’ensemble propre et assez agréable à regarder.

Insurgency 18Insurgency 21

Les environnements ouverts seront néanmoins assez vides et pauvres, le Source Engine étant clairement plus à l’aise dans des environnements plus fermés, tel un centre-ville. New World Interactive a toutefois réussi à gérer le moteur et la refonte graphique qui a eu lieu dernièrement était très intéressante.

Par contre, pour le design, le tout manque très clairement d’originalité. Avec des lieux inspirés de conflits modernes (Afghanistan, Irak), Insurgency ne risquait pas de surprendre. Cette volonté de réalisme, même dans le décor, donnera malgré tout un sentiment de déjà-vu assez dommage, qui logiquement, déteindra sur le reste du jeu.

Insurgency 12Insurgency 3

Insurgency s’en sort donc avec les honneurs techniquement parlant, surtout avec quelques effets agréables (fumées lors des tirs, explosions, …). La direction artistique est malencontreusement un peu à la traîne.

Note :
Graphismes3,5

Bande-Son/Scénario :

Pour une production indépendante, la partie sonore d’Insurgency est particulièrement intéressante. Revue entièrement très récemment, les bruits des armes se veulent plus claquants et la résonance est mieux gérée, un élément qui m’avait un peu choqué lors de mon impression bêta. Le nouveau système d’ordre est également bien pensé et la voix off qui indique, comme une radio, l’avancement du combat, ajoute au réalisme du titre.

Insurgency 9Insurgency 13

La partie micro a été également soignée. Via une simple touche, vous pourrez discuter avec  vos collègues. Si vous êtes à portée de voix dans le jeu, ils vous entendront comme si vous étiez à côté, l’ennemi fatalement, aussi … Si vous êtes plus loin, il s’agira d’une discussion radio, inaudible pour l’ennemi.

Il s’agira donc d’être vigilant lors de la planification d’un assaut même si bien souvent, il se terminera tellement vite que cette fonctionnalité est fort secondaire mais méritait d’être signalée.

Note :
BandeSon2

Insurgency proposant uniquement des batailles multijoueurs, proposer une note « scénario » n’est clairement pas approprié. Comme d’habite dans ce cas, je remettrai la note finale sur 20.

Je souhaiterai pourtant montrer une certaine force d’hypocrisie de la part des développeurs. Au lieu de clairement indiquer USA VS. Talibans, on nous parle de Force de Sécurité et d’Insurgés … Pourquoi alors, concentrer uniquement l’action du jeu au Moyen-Orient et non pas aux USA ou en Europe ? Quitte à effacer toute trace de conflit réel, pourquoi tirer sur des tableaux de Saddam Hussein dans le tutoriel ? Etonnant !

Durée de vie :

Avec une communauté logiquement plus importante désormais, Insurgency propose un plus grand choix de serveurs. Trouver une partie ne sera donc plus une horreur même si l’ensemble des modes de jeu ne sont pas toujours représentés. Le monde est là mais ce n’est pas la panacée ! Environ 800 joueurs en même temps.

Insurgency 15Insurgency 11

Sur la longueur, j’ai quelques doutes. Insurgency ne propose pas de système de levelling qui pourrait relancer l’attrait des joueurs. Néanmoins, le mod étant toujours actif depuis des années, une certaine partie de la communauté devrait continuer à faire vivre le jeu.

La variété d’armes et les ajouts promis par les développeurs devraient vous occuper, si vous accrochez, un certain nombre d’heures. Son prix, 13,99 €, est également à mettre en avant. On notera, assez étonnamment, que le jeu était vendu 5 € plus cher en Early Access. New World Interactive, pour clarifier les choses, a cependant indiqué qu’un cadeau était prévu pour les anciens.

Note :
Dureedevie3

Optimisation – Interface – option graphique :

Avec l’aide du Source Engine, Insurgency n’est pas spécialement gourmand en ressource et tournera sans soucis sur toutes les configurations un tant soit peu récentes.

Avec des mois de bêta, le jeu ne souffre d’aucun bug majeur. Déjà à l’époque de mon impression bêta, j’avais notifié ce point très important. Insurgency est donc d’une stabilité exemplaire et très peu de lags viendront ternir les parties multijoueurs.

Insurgency 5Insurgency 16

Pour l’interface, elle a été totalement remaniée dernièrement et est assez agréable, sans être non plus exceptionnelle. On notifiera également la presque absence de HUD pour pousser, encore une fois au réalisme.

Alors, je ne me ferai pas défenseur des Early Access mais je pense que les mois de bêta ont été très profitables pour le studio et ont permis à celui-ci de peaufiner le jeu pour la sortie.

Note :
OptimisationTB

Conclusion :

Insurgency n’est donc pas à mettre dans toutes les mains. Le réalisme de son gameplay pourra rebuter bon nombre de joueurs mais certains y trouveront du plaisir et s’amuseront entre potes. Personnellement, j’ai du mal à accrocher. Le véritable problème est que je ne prends pas de plaisir en jeu mais je peux évidemment concevoir que certains joueurs s’y retrouvent. Je ne peux d’ailleurs pas le nier au vu des différentes critiques positives sur Steam. Insurgency n’est toutefois pas le jeu du siècle et ne révolutionnera pas la genre, son prix attractif peut toutefois  faire légèrement pencher la balance en sa faveur.

Gameplay3,5Graphismes3,5BandeSon2

Dureedevie3OptimisationTB

Noteglobale14,25

    • Vidéo de gameplay :

  • Gallerie d’images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plateforme PC – Mac
Développeur New World Interactive
Editeur New World Interactive
Date de sortie 22 janvier 2014
Prix (Steam) 13,99 €
Configuration recommandée Windows XP – Vista – 7 – 8, Intel Core 2 Duo, 4 Go de RAM, carte vidéo comportant 512 Mo de ram, Directx 9, 6 Go d’espace libre

2 réflexions sur « Insurgency : Le test »

    1. C’est prévu durant l’année. Je compte lancer cette année un système de révision des tests, notamment pour les jeux, comme Insurgent, qui évoluent encore après leur sortie officielle.

Laisser un commentaire