The Elder Scrolls Online : Impression bêta (PvE + Exploration)

The Elder Scrolls Online Logo

The Elder Scrolls Online est un MMORPG développé et édité par Zenimax. Il sera disponible le 4 avril prochain sur PC/Mac et en juin sur PS4 et XboxOne.

Après un succès tant critique que commercial pour The Elder Scrolls V : Skyrim, il était logique que Bethesda (Zenimax) décide de faire une incursion plus ou moins importante dans le monde du MMORPG pour tenter de capitaliser sur son nouveau public. Exercice particulièrement ardu, le MMO est un genre très particulier dont le succès dépend essentiellement de son contenu sur la durée et de son gameplay. Si le choix économique de Bethesda peut surprendre, rappelons que TESO nécessitera un abonnement mensuel, le studio américain espère bien entrer sur la scène de manière fracassante.

Actuellement en bêta, j’ai eu et j’aurai l’occasion de jouer quelques heures pour vous fournir mon avis. Tout d’abord, je tiens à préciser que cette impression bêta sera découpée en deux parties. Je n’ai en effet pour l’instant pu tester que la partie PvE (Player vs. Environment), exploration, quêtes, … La semaine prochaine, vous retrouverez un article dédié presque exclusivement au PvP (Player vs. Player). Vous retrouverez également deux vidéos commentées (voir fin d’article).

Concept :

Avec un background amassé avec 5 épisodes, The Elder Scrolls Online a de quoi faire, surtout que tout Tamriel sera accessible ! Si je n’entrerai pas dans le détail du scénario de peur de vous spoiler (le spoil c’est mal, vous voyez …), je peux toutefois vous indiquer que l’histoire se déroule 1000 ans avant les événements contés dans Skyrim et met en scène le terrible Molag Bal, prince Daedra ! Outre ce personnage bien dangereux, la guerre entre les trois alliances fait rage en Tamriel. Vous serez donc amené à choisir votre camp, en fonction de votre race, en début de partie. Si dans ma partie, j’étais membre du Pacte de Coeurébène (Argonien), il est tout à fait possible de rejoindre l’Alliance de Daguefilante ou le Domaine Aldmeri.

The Elder Scrolls Online PvE 4The Elder Scrolls Online PvE 1

Avec ses 9 races disponibles, 3 par alliance, The Elder Scrolls Online propose d’emblée une belle diversité, directement héritée de la saga. De là, il sera possible de spécialiser votre personnage via 4 classes différentes. Ce nombre pourra sembler restreint mais il permet de ne pas s’enfermer et de permettre une plus grande diversification par après.

Une fois votre personnage créé via un outil plutôt performant (voir bons points), vous voilà parti à l’aventure. Comme tout bon The Elder Scrolls ou même MMO, vous partez de rien et vous allez devoir grimper l’échelle sociale pour arriver à votre niveau maximal ! Et dès les premières minutes de jeu, vous allez remarquer que The Elder Scrolls Online propose un système de combat assez particulier pour un MMO. Ne pouvant bien entendu pas abandonner le système propre à la série, les développeurs ont donc dû faire en sorte de proposer des combats dynamiques avec des coups et des parades. L’impression d’être devant un The Elder Scrolls et non pas devant un MMO générique est donc immédiatement là. Bien entendu, une barre de skills (5 + 1 Ultime) est disponible pour ne pas gêner les joueurs habitués aux MMO.

The Elder Scrolls Online PvE 2The Elder Scrolls Online PvE 5

Si les première quêtes sont là pour vous mettre en jambe, le jeu repose réellement sur un solide background qui pourra déstabiliser certains joueurs peu connaisseurs de la saga. L’impression d’un The Elder Scrolls avec d’autres joueurs est donc flagrante ! Vous allez me dire, c’était le but ! Noob dans l’univers du MMO, je peux toutefois vous assurer que j’ai trouvé très vite mes repères et j’ai pu parcourir avec gaieté les contrées de Tamriel.

Je vous invite d’ailleurs vivement à regarder ma vidéo pour vous prouver ce constat. Passons maintenant réellement à l’impression.

Bons points :

  • Editeur de personnages :

Si personnellement, les éditeurs de personnages n’ont jamais été mon dada, je sais que certains joueurs y passeraient des heures pour y parfaire le physique de leur avatar. Avec ses différentes options, The Elder Scrolls Online ne déçoit pas sur ce point. Notons d’ailleurs un outil très intéressant qui permet de modifier le visage ou le corps via trois traits et un triangle (voir vidéo). Chaque détail de votre personnage, bien modélisé, sera modifiable, de la hauteur des yeux à sa taille.

Si les coupes de cheveux, tatouages, cicatrices sont pour l’instant en nombre limité, je suppose que ce contenu s’étoffera avec le temps et devrait permettre de créer un personnage unique.

C’est d’ailleurs cet éditeur qui m’a poussé à choisir un Argonien, une race intéressante pour tester l’outil (sorte de lézard).

  • Graphisme :

Plutôt sympa graphiquement, The Elder Scrolls Online propose des environnements très vastes, sans poser de gros soucis de ralentissements. On notera bien un certain clipping sur quelques décors mais je pense que cela vient plus de ma connexion internet que d’un réel souci de la partie technique du jeu.

The Elder Scrolls Online PvE 3The Elder Scrolls Online PvE 6

Comme je le disais plus faut, les personnages sont très bien modélisés ainsi que les différents PNJ. TESO se situe donc dans la partie haute des MMO sans toutefois être une tuerie. Les différents chargements entre les zones et les maisons sont également très rapides, ce qui ne gâche en rien le rythme.

  • Doublage intégral des quêtes et de l’histoire :

Le budget étant là, Zenimax a pris la peine de doubler l’entièreté des PNJ du jeu. S’il manque encore quelques lignes de dialogues ou qu’il reste quelques soucis par rapport aux sous-titres, suivre une quête donnée oralement est nettement plus agréable que de lire bêtement un texte.

De plus, le doublage français est de très bonne facture et a été essentiellement confié à des professionnels du milieu cinématographique (voir ici).

  • Le loot permanent :

Pour montrer son continuum par rapport à la série, TESO se devait de proposer un système de loot intéressant dans les villes et villages. S’il n’est bien entendu pas possible de récupérer les armures des ennemis, il est possible de fouiller presque chaque maison pour trouver de la nourriture, de l’or, ou tout autre merveille peu coûteuse. Notons qu’il est également possible de récupérer les objets sur les tables, comme le pain ou la bière.

Par contre, je ne saurais vous dire si ce loot est instancié ou pas. Je peux toutefois indiquer que lors des combats, chaque joueur reçoit son loot propre, de quoi empêcher des disputes.

  • Le système de combat :

S’il n’est pas parfait (voir mauvais points), le système de combat proposé ici est plutôt original et  est clairement le point le plus intéressant du jeu.

Ce système de parade, de coup rapide, de coup puissant permet d’impliquer bien plus le joueur et d’amener une certaine rapidité aux combats. Les bons joueurs, ce que je ne suis certainement pas, pourront notamment faire des stunts sur les ennemis en parant au bon moment.

Après, il faudra voir dans sa partie PvP si les problèmes de lag ne viennent pas ternir l’expérience de jeu mais cela sera la semaine prochaine !

Si je n’ai sans doute pas fait le tour de tout ce que j’avais à dire, la semaine prochaine me permettra de donner d’autres détails. Passons maintenant aux mauvais points :

Mauvais points :

  • Les bruitages :

Si les bruitages d’environnement sont de bonne qualité, un grand travail doit encore être accompli sur la partie combat. Le manque de bruits, tant pour les armes que pour les coups donne un sentiment très particulier aux combats et il en devient presque difficile de savoir si oui ou non l’ennemi a été touché.

The Elder Scrolls Online PvE 7The Elder Scrolls Online PvE 8

Avec Icenours, qui m’a introduit dans le monde du MMO, nous avons très clairement été déçus car cela gâche, comme je le disais plus faut, une bonne partie du charme de ce MMO, son système de combat. Bethesda semble cependant être au courant et indiquait que certains bugs étaient encore présents sur cette partie.

  • Le nombre de skills :

The Elder Scrolls Online s’inscrit dans la lignée actuelle des MMORPG, proposer moins de skills pour amener une action plus rapide et moins réfléchie. Certains râleront d’autres non. Personnellement, j’aurai préféré avoir accès à 1 ou 2 skills supplémentaires mais chacun a ses propres préférences.

Si le manque d’originalité est peut-être également à marquer, j’attends de tester avidement la partie PvP pour poster mon avis définitif sur la chose. Je tiens à vous pousser à regarder ma vidéo (fin d’article) et à commenter ce post si vous avez d’éventuelles remarques ou questions, j’y répondrai avec plaisir.

Appréciation globale :

Pour cette première phase, je rappelle que mon avis sur le PvP arrivera la semaine prochaine, j’ai véritablement été séduit par le jeu. Le plongeon dans Tamriel m’a embarqué et j’ai pu découvrir un monde vivant, riche et une histoire principale bien fournie. The Elder Scrolls Online s’inscrit donc parfaitement dans la lignée de ses prédécesseurs solo et n’a rien à leur envier.

Il reste toutefois à Zenimax quelques semaines pour peaufiner le tout et corriger quelques soucis et encore améliorer son bébé. The Elder Scrolls Online s’annonce donc déjà comme un des MMO les plus attendus et les plus réussis de 2014 !

TB

  • Vidéo de gameplay :

  • Images :

This slideshow requires JavaScript.

Laisser un commentaire