Grand Ages Medieval : Le test

Grand Ages Medieval Logo

Grand Ages : Medieval est un jeu de gestion développé par Gaming Minds Studios et édité par Kalypso Media. Il est disponible sur PC depuis le 25 septembre et le 13 octobre 2015 sur PS4.

Ce test a été réalisé à partir d'une clé fournie par l'éditeur. 

Introduction :

Les amateurs de city builder se souviennent peut-être d’Imperium Romanum (2008) qui vous plaçait à la tête d’une ville romaine. Ensuite, était venu en 2009 Grand Ages Rome qui reprenait les bases du jeu précité pour en faire une série. Et maintenant, voilà Grand Ages Medieval en … 2015. Kalypso n’a manifestement pas réussi à en faire une série sur le court terme et a donc attendu que Gaming Minds Studios arrive pour remplacer Haemimont Games, sans doute trop occupé sur la série Tropico ou Victor Vran.  D’ailleurs, oubliez le côté city builder, Grand Ages Medieval est bien plus proche d’un Patrician, des même développeurs, que son prédécesseur centré sur l’antiquité.

Si vous possédez bien une ville au départ, c’est l’aspect gestion et commerce qui est au centre du jeu, délaissant par la même occasion bien d’autres éléments. Ceci est bien dommage pour un titre qui à première vue ressemble à un wargame.

La force du jeu vient en effet de sa représentation 3D de l’Europe (au sens large) médiévale. A la manière d’un Civilization V, vous commencez avec une simple ville, Sofia dans la campagne, et votre but sera d’étendre votre pouvoir en commerçant ou en attaquant les villes ennemies. Avec des colons, vous pourrez créer d’autres villes et vous étendre, somme toute une mécanique de wargame assez classique. Toutefois, Gaming Minds propose un zoom assez prononcé et très fluide sur la carte, vous permettant de passer d’une vue d’ensemble à une ville précise de votre ville. N’aspirez néanmoins à passer d’un wargame à un city builder, c’est avant tout esthétique.

Grand Ages Medieval Test 1Grand Ages Medieval Test 2

Pour vos villes, l’emplacement des bâtiments est automatisé. En gros, il vous faudra choisir 5 ressources à exploiter parmi 20 dans chaque ville en fonction de celles disponibles à proximité. Au début, l’exploitation du bois, du blé, de la brique ou encore du charbon semble une bonne idée. Au fur et à mesure de votre partie, vous augmenterez le nombre de bâtiments dans chaque catégorie, ce qui accroîtra  la taille de votre ville. Par la même occasion, votre production et donc vos revenus y gagneront aussi. Après un certain temps, d’autres ressources seront plus intéressantes et nécessaires, comme les outils. Mais pour cela, il vous faudra à la fois du charbon et du fer !

Voilà donc sur quoi repose Grand Ages Medieval, avoir les bonnes ressources au bon endroit et garder son compte en positif. Cela peut paraître super intéressant et plutôt difficile mais comme nous allons le voir, le titre de Gaming Minds dévoile après quelques heures ses faiblesses.

Test :

Pour rappel, les parties Gameplay, Graphismes, Bande-son/scénario (moitié pour chaque) et Scénario sont notées sur /5. Le test final est noté sur /20 et cette note reste une appréciation globale du titre et non une moyenne arithmétique. 

Gameplay :

Grand Ages Medieval vous demande donc de jouer entre l’offre et la demande de vos différentes villes et celles des voisins, pour peu qu’ils ne vous soient pas hostiles. Au début, vous allez donc recruter un marchand et le faire voyager de ville en ville manuellement. Là, en regardant le prix de vente et d’achat, vous allez réussir à gagner quelques deniers, rien de bien compliqué. Peu après, voilà que vous débloquez l’automatisation et la création de routes commerciales. Vous assignez donc un parcours au marchand entre les différentes villes et le voilà parti, seul, à l’aventure pour vous rapporter du pognon. Alors oui au début vous vous demanderez pourquoi il achète cette ressource-là et pas une autre. Vous pesterez également sur l’IA pour vous rendre compte qu’au final, elle ne gère pas si mal et vous laisserez le tout se tourner tout seul. Voilà le principal défaut de Grand Ages Medieval, le jeu joue pour vous !

Grand Ages Medieval Test 6Grand Ages Medieval Test 15

Alors, on pourrait se dire, super, j’ai l’argent, je vais construire. Sauf qu’avec seulement 5 ressources par ville, et bien les possibilités ne sont pas immenses. En gros, vous cliquerez régulièrement pour construire un bâtiment de chaque type dans la ville et vous attendrez. Second défaut de Grand Ages Medieval, l’attente.

Laissez le jeu sur une vitesse x1, vous oubliez, passez de suite en x3, vitesse maximale en jeu. Mais heureusement, les développeurs ont tout prévu, le x10 si vous appuyez sur espace. Autant dire que la touche va être longtemps enfoncée. Plus pénible, chaque fois que vous ouvrez une fenêtre, par exemple pour regarder votre budget, le jeu se met en pause sauf si vous gardez espace appuyé (EDIT : désactivable dans les options). C’est assez cocasse car sur le coup, que fait un joueur qui attend ? Il regarde les comptes, vérifie les ressources, … pour passer le temps sauf qu’ici …

A côté de cet aspect commercial qui peut être intéressant si on commence à vraiment gérer les allées/venues des commerçants, il y a l’aspect militaire. Et malheureusement, comme il l’était dans Imperium Romanum, il est plutôt raté. Pour résumer, vous créez des troupes parmi un choix classique (archer, cavalerie, mercenaire, …) et vous les envoyez sur la cible. C’est tout. Le jeu gère ensuite le combat. Vous voyez juste sur la carte les deux troupes (ou animaux) qui s’affrontent et cela dure … Allez savoir pourquoi, un combat à 100 contre 10 peut durer près d’une minute, même en x10 ! De plus, là où Civilization jouait sur le tour par tour, ici, vous vous retrouvez à ne plus trop suivre les ennemis et adapter votre stratégie dans la bataille vu que c’est en temps réel.

Grand Ages Medieval Test 7Grand Ages Medieval Test 24

Bien que les commerce soit complet, une fois que vous avez assez de commerçants et des ressources suffisantes, vous ne faites plus que regarder le jeu tourner et vous amassez du pognon.

Note :
Gameplay2,5

Graphismes :

Les graphismes sont sans doute un point fort du titre. Avec une Europe gigantesque et la possibilité de zoomer très fortement, à la manière des jeux Wargame d’Eugen Systems, Grand Ages Medieval marque un grand coup. Après, c’est plutôt comique, on se demanderait bien l’intérêt. En effet, en ne proposant pas une construction libre, zoomer sur ma ville est bien beau mais pour y faire quoi ? Voir juste les petits ouvriers s’y activer ?

Grand Ages Medieval Test 3Grand Ages Medieval Test 8

Alors là, j’exagère un peu mais c’est une question qui je pense, est légitime. Pourquoi offrir un si beau zoom si c’est au final pour ne pas l’utiliser plus que ça ?

Enfin, toujours est-il que le moteur graphique est très solide et propose des environnements de qualité. Les villes sont assez vivantes, bien qu’idéalisées.

Note :
Graphismes4

Bande-Son/Scénario :

Pour la partie sonore, rien de bien particulier à signaler. Certaines musiques d’ambiance, logiquement aux allures médiévales sont réussies. Et c’est essentiellement les seuls bruitages du titre. On notera juste les bruits de combats très pénibles et bien trop importants. Mais pas de panique, vous dézoomez légèrement, et vous ne les entendez plus !

Pour la campagne, que j’ai faites en anglais, les quelques personnes doublées possèdent des voix déjà entendues dans d’autres jeux, donc des professionnels. Rien à dire sur ce point.

Note :
BandeSon2

Grand Ages Medieval possède une campagne totalement scénarisée qui sert au départ de didacticiel. Plutôt bien pensée, elle vous amène en douceur à découvrir les bases du titre même si c’est peut-être trop lentement.

Elle commence par vous promouvoir à la tête de la ville de Sofia, en Bulgarie, membre de l’empire byzantin à l’époque. L’empereur, et votre père, viennent de décéder. Vous voilà donc à tenter de réparer les pots cassés et surtout, à tomber amoureux de l’impératrice ! La campagne vous plonge donc dans une histoire d’amour et de trahison.

Grand Ages Medieval Test 16Grand Ages Medieval Test 17

Si on ne suit pas avec avidité ce scénario, disons qu’il a au moins le mérite d’amener des défis assez variés, comme capturer une ville diplomatiquement, livrer autant de marchandises à  une autre, etc. et montre parfaitement les possibilités de Grand Ages Medieval.

Gros reproche cependant, cette campagne n’est pas toujours en adéquation, surtout après quelques missions avec la progression réelle du joueur. Je m’explique. Vu qu’elle propose des objectifs sur le long terme (le jeu est lent), vous vous retrouvez vite à amasser de l’argent avec les marchands en vous écartant un peu des couloirs prévus. Et avoir tellement d’argent, à ne  plus savoir qu’en faire, et bien, cela simplifie fortement, même exagérément la campagne. Je me suis en effet retrouvé à m’étendre bien au-delà de la zone prévue et devenir bien trop puissant par rapport à ce qu’avait prévu les développeurs. Par exemple, on me donne à un moment l’objectif d’amener 100 poissons à une ville, une mission à priori difficile d’après les personnages de l’aventure mais qui tourne au ridicule une fois que vous gagnez de l’or en barre. Il vous suffira en effet de l’acheter et de le livrer, sans vous soucier du prix !

Note :
Scenario1,75

Durée de vie :

En plus de la campagne, Grand Ages Medieval arrive avec un mode sand box conséquent. Vous pouvez en effet, comme dans n’importe quel jeu du genre, créer votre propre aventure et partir à la conquête du monde. Vous démarrez donc avec une ville dans le pays que vous souhaitez et hop, que le monde se mette à vos pieds !

Si cela peut sembler intéressant, avec seulement 20 ressources différentes et juste des unités qui différent d’une région à l’autre, on est un peu en passe de se demander pourquoi choisir tel ou tel pays. La rejouabilité est donc toute relative.

Pour la campagne, je l’ai terminée en plus ou moins 13-14h de jeu. Cela peut paraître court et à la fois très long quand on sait que j’ai passé presque la moitié de celle-ci à attendre et appuyer sur espace …

Il existe également un mode multijoueur jusqu’à 8 joueurs avec toutes sortes de conditions de victoire disponible (limite de temps IRL ou en jeu, conquête, argent, …).

Grand Ages Medieval ne déçoit donc pas sur ce point même si on aurait espérer un peu plus de variété et un gameplay plus fouillé. Personnellement, après cette campagne, j’ai l’impression d’ avoir fait totalement le tour du titre !

Note :
Dureedevie3,5

Optimisation – Interface – options graphiques :

Avec son zoom très puissant, on pouvait craindre d’avoir de nombreux ralentissements mais ce n’est pas le cas. Grand Ages Medieval tourne parfaitement sur ma machine et peut même potentiellement rester en 144 FPS toutes options au maximum ! Un gros travail a donc été fait sur la partie optimisation du titre. Les bugs sont aussi absents, ce qui est toujours agréable.

Grand Ages Medieval Test 23Grand Ages Medieval Test 14

Pour l’interface, rien à dire sauf qu’il faut, à mon sens, parfois aller trop dans les menus pour avoir des informations pourtant banales, par exemple les événements dans votre royaume (orage, peste, volcan, …). Cela ralentit inutilement le titre car comme je l’ai dit, il se met en pause à chaque ouverture d’un menu.

Note :
OptimisationTB

Conclusion :

De manière assez surprenante, Grand Ages Medieval n’a pas de relation directe avec Grand Ages Rome. Ne cherchez donc pas un city builder mais plutôt un jeu de gestion commerciale dans une Europe médiévale. Si les idées sont là, l’exécution est nettement moins réussie. Prévoyez en effet une dose de patience tant le jeu se veut lent dans son gameplay. De plus, l’aspect militaire n’est clairement pas réussi. Au final, vous obtenez un titre de gestion qui tourne seul et vous avez parfois, même trop souvent, l’impression d’être un simple spectateur de votre avénement dans le monde.

Noteglobale11,5

  • Vidéo de gameplay :

A venir prochainement !

  • Images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plateforme PC, PS4
Développeur Gaming Minds Studios
Editeur Kalypso Media
Date de sortie 25 septembre 2015 (PC) – 13 octobre 2015 (PS4)
Prix (Steam) 44,99 €
Configuration recommandée Windows 7/8/10,  Intel® i5 3 GHz ou mieux, 4 Go de RAM, nVIDIA Geforce GTX 650ti ou mieux, 5 Go d’espace libre

2 réflexions sur « Grand Ages Medieval : Le test »

  1. On est bien loin de civilisation ou stronghold. Le choix des villes est inutile d’autant plus qu’elles n’ont aucun rapport avec les véritables villes comme Caen qui se trouve en bord de mer par exemple (env 20 km en vérité )
    tellement monotone qu’on peut regarder un film en même temps où allez faire ses courses.

  2. 11 c vraiment bien noté.
    cela fait près de 30 ans que je joue au jeu vidéo (comédie sur zx spectrum) j’avoue ne jamais être tombé sur un jeu stratégie ou d’économie aussi nul.
    prise en main est égal à prise de tête
    animation nulle
    mappe immense mais toujours identique. Paris est dans les sapins comme Caen par exemple. La seine n’existe pas pour autre exemple
    un jeu qui se regarde plutôt qu’il ne se joue. vous pouvez aller prendre votre douche pendant que ça tourne…
    on est loin des âges of empire ou de stronghold par exemple.
    3 sur 20

Laisser un commentaire