Stellaris : 1er carnet de développement

Bienvenue pour ce 1er carnet de développement de Stellaris. Comme pour d’autres jeux, je vais vous le traduire.

Si vous souhaitez ne pas rater les prochains carnets de développement, ils se trouveront sur la page « Carnets de développement ». Pour y accéder, cliquez sur l’onglet en haut de page. Il existe également le flux RSS (droite de la page entre les publicités) ou la page facebook (à droite sur la page d’accueil ou par lien direct : page facebook).

Commençons :

Bonjour à tous !

Aujourd’hui nous allons débuter une série de carnets de développement hebdomadaires pour notre nouveau jeu, Stellaris. Nous avons l’intention de vous fournir de l’information chaque semaine jusqu’à la sortie du jeu. Bien que cela sera dans un moment, nous espérons ne pas avoir à recourir à des stagiaires pour partager leurs opinions sur l’apiculture ou leurs nouvelles chaussures flashy … Quoi qu’il en soit, avec ce premier carnet, je pense que je vais simplement vous donner quelques renseignements sur le projet et la vision que j’ai de Stellaris.

Alors, comment avons-nous décider de faire un jeu se déroulant dans l’espace ? Eh bien, l’idée  a été lâché au bureau lors du lancement d’Europa Universalis II (nous avons fini par faire Hearts of Iron à la place). Ah, ce sont ces jours … Maintenant, comme vous le savez, notre ambition est de couvrir à terme toute la « chronologie humaine » avec nos jeux … y compris l’avenir. Donc, en substance, faire un jeu dans l’espace est à la fois quelque chose qui a beaucoup soutient en interne parmi les développeurs (en quête de liberté face au carcan de l’Histoire) et que beaucoup d’entre vous, nos fidèles joueurs, ont demandé au cours des années. Lorsque la décision de faire un jeu spatial a finalement été prise par la direction, j’ai écrit deux designs différents, et celui qui va devenir Stellaris a été choisi (non, je ne vous dirai pas ce que l’autre était !).

La phrase/vision maitresse de Stellaris est : « La galaxie est ancienne et pleine de merveilles ». Cela semble assez vague hein ? Cependant, je pense qu’elle reflète l’esprit de ce que nous essayons de faire, lorsque vous vous rappelez le type de jeux que nous faisons chez Paradox … Je veux faire de Stellaris le jeu le plus rejouable par rapport à tous nos titres (qui certes, est une assez grosse commande !). La galaxie devrait toujours être inconnue et surprenante. C’est pourquoi il n’y pas de « races majeures » dans le jeu, et une telle variété de découvertes. Dans la même veine, il n’y a pas un arbre technologique fixe – mais cela sera pour plus tard.

Stellaris diverge de tous nos autres jeux à certains égards clés :

  • Ce n’est pas historique,
  • Il dispose d’un début symétrique,
  • Vous commencez petit,
  • La plupart du monde est inconnu;

Les trois derniers point se trouvent être la définition des fonctionnalités des jeus « 4x », donc – même si je déteste quelque peu le terme – Stellaris est à bien des égards un jeu 4x; un créneau assez bondé de nos jours. Cependant, nous ne cherchons pas à recréer des classiques comme Master of Orion. Stellaire est toute à fait nouveau et une bête différente, mais le petit démarrage symétrique offre deux grands avantages : Le jeu peut paraître faussement simple pour les nouveaux joueurs. C’est à dire qu’il peut avoir une courbe d’apprentissage beaucoup plus lisse que sur nos jeux historiques tristement célèbres pour leur difficulté d’apprentissage. Deuxièmement, cela permet de se concentrer sur le premier x; exploration, qui je pense, personnellement, à toujours été le plus négligé.

Le début de partie est donc caractérisé par l’exploration et la découverte de la galaxie. Nous avons mis beaucoup d’efforts pour rendre cette partie du jeu  agréable et unique à chaque fois que vous jouez. Ensuite, vous commencez à entrer en contact avec des puissances spatiales rivales et bientôt vous atteignez le milieu de la partie quand il ne reste plus grand chose à coloniser et que votre extension facile commence à s’enrayer. A ce stade, la carte de Stellaris se stabilise une carte du monde similaire à celle d’un Europa Universalis, et le décor est planté pour une expérience classique d’un grand jeu de stratégie Paradox …

Stellaris devdiary 1

Voici la fin de ce carnet. Merci de votre lecture ! Si vous souhaitez lire l’original (en anglais), cliquez ici.

Laisser un commentaire