Stellaris : 15e carnet de développement

Bienvenue pour ce 15e carnet de développement de Stellaris. Comme pour les précédents, je vais vous le traduire.

Si vous souhaitez ne pas rater les prochains carnets de développement, ils se trouveront sur la page « Carnets de développement ». Pour y accéder, cliquez sur l’onglet en haut de page. Il existe également le flux RSS (droite de la page entre les publicités) ou la page facebook (à droite sur la page d’accueil ou par lien direct : page facebook).

Commençons :

Bonjour et bonne année ! (ndt : désolé pour le retard dans la traduction …). Je me substitue aujourd’hui à Doomdark et avec le carnet de développement de cette semaine nous allons jeter un coup d’oeil aux Empires Déchus.

La galaxie est vaste, vieille et inconnue. De nouvelles espèces apparaissent constamment et certaines sont même en mesure de faire quelques pas prudents vers d’autres étoiles. Parmi celles-ci certaines sont assez arrogantes pour penser qu’elles sont les premières et uniques. Elles ne parviennent pas à bien se rendre que d’autres ont emprunté les mêmes étapes avant elles, que d’autres ont trouvé des merveilles étonnantes et démêlé leurs secrets, ou encore que d’autres ont atteint les sommets de la connaissance pour ensuite s’écrouler. Ces autres sont appelés Empires Déchus.

Ces sont des empires autrefois glorieux qui, pour des raisons inconnues ont stagné et sont souvent tombés dans des luttes intestines ou une apathie paralysante. Ce qui autrefois couvrait des centaines de systèmes a été réduit et n’est plus qu’un fragment, à peine tenu par une technologie supérieure et le peu qui reste d’une flotte glorieuse. Les Empires Déchus sont isolationnistes et se pencheront sur les espèces les plus récentes avec un désintérêt ou un mépris pur et simple. Les tentatives diplomatiques sont vaines et ils attaqueront probablement les navires inconnus qui entreront dans l’un de leurs systèmes restants.

Stellaris devdiary 29

La réponse des Empires Déchus varient considérablement lorsqu’ils sont sollicités. Elle est rarement sympathique cependant. 

Nous avons ajoutés les Empires Déchus au jeu pour un couple de raisons. Ils ont le potentiel d’amener à des histoires vraiment cool et il y a un tas de directions différentes que nous pouvons prendre pour nous assurer que les joueurs obtiennent une expérience différente d’une partie à l’autre. Les joueurs ne devraient jamais être confiants dans la façon dont un Empire Déchu réagira à différents événements dans la galaxie. S’il est laissé seul il pourrait resurgir comme une réaction face à une menace à l’échelle de la galaxie ou devenir outragé quand ses planètes saintes sont colonisées par des races inférieures.

Du côté du gameplay, les Empires Déchus peuvent agir comme une source de technologies avancées potentielle pour les joueurs désireux d’investir les forces militaires nécessaires pour vaincre l’un de leurs flottes lors d’une bataille. Dans Stellaris, tous les navires détruits lors des combats laisseront des débris derrière et par reverse engineering un joueur peut découvrir les technologies nécessaires pour construire les armes et les composants qui équipent ces navires. Les joueurs peuvent aussi envahir les planètes appartenant aux Empires Déchus, ce qui leur permet d’utiliser les bâtiments de pointes qui sont sur place. Cela signifie bien sûr faire face à une nouvelle espèce au sein de l’Empire.
Bien que les récompenses puissent être tentantes, les joueurs voudront peut-être tenir compte des risques avant d’attaquer un Empire Déchu. Qui sait les horreurs qu’ils peuvent avoir dénichés au cours des âges, quels secrets interdits leurs planètes contiennent en leur sein, ce que les captifs pourraient faire si les gardiens étaient invalidés.

Stellaris devdiary 30

Les Empires Déchus utiliseront une série distincte de modèles pour leurs vaisseaux et stations. 

La semaine prochaine le bon Goosecreature sera de retour avec un carnet de développement sur les événements et les incidents qui guettent les colonies et leurs habitants. A la prochaine !

Voici la fin de ce carnet. Merci de votre lecture ! Si vous souhaitez lire l’original (en anglais), cliquez ici.

Laisser un commentaire