Bientôt midi, l’heure de manger !!! : Présentation par Azzertyran !

Bon, les vacances sont finies, assez largement même, et faut se remettre au boulot. C’est pas facile. J’ai toujours un mal fou à m’y remettre c’est dingue. Je suis vraiment un fainéant. Ma mère avait raison. Je suis un vil gredin, un jocrisse même ! Pour ma défense c’est vrai que c’est toujours difficile de s’y remettre. Mon papy disait toujours que se remettre à l’écriture c’est comme reprendre une souche de cassoulet, c’est difficile au début mais ça s’avère toujours délicieux donc bon. Au boulot mon p’tit gars !

J’espère que vous avez passé d’honorables vacances et que vous allez en passer des tas d’autres dans votre vie douillette de gentil petit oiseau duveteux. Moi ça va. Pourquoi ça va ?! Je vais vous le dire, calmez-vous ! Toujours aussi pressé c’est pas possible, z’avez pas changé d’une miette ! Sacripants !

Eh bien, je vais bien car je vais vous parler de plusieurs jeux indépendants ! Et oui ! ça change n’est-ce-pas ?! La bonne surprise du gentil père Azz. Mais bon…que voulez-vous ? Les jeux indés c’est ma passion, et une passion c’est comme le pâté, ça se savoure et ça donne toujours envie d’en reprendre une petite portion…allez, rien qu’une petite portion, s’il vous plaît…pitié…

Bref, le premier jeu, entrons dans le vif du pât…du sujet, dont je vais vous parler est Call of Duty ! MDR. Non, pas du tout. C’est Political Animals, un jeu de, disons, simulation de campagne politique mais où nos gentils escrocs humains sont remplacés par de gentils escrocs animaux ! Le résultat est le même. Premièrement, vous choisissez votre candidat, qu’il soit loutre (j’adore les loutres), loup, pingouin ou crocodile (j’adore aussi les crocodiles), et j’en passe. Vous avez le choix niveau animaux. Une fois fait, ce choix animalier n’aura pas vraiment d’influence autre qu’esthétique. Vous allez définir une caractéristique positive et une caractéristique négative à votre candidat. Par exemple, s’il est efficace et impopulaire, vous aurez plus de points de logistique à dépenser et donc plus d’actions faisables par tour mais, en revanche, il lui sera plus dur d’obtenir des votes dans son sens suite à ses campagnes. Vous avez compris, vous allez devoir trouver un bon compromis entre positif et négatif. S’ajoute à cela une capacité spéciale, qui comme son nom l’indique, est spéciale ! Et oui, j’ai un talent d’écriture fou. Blague à part, ce talent spécial (de mon candidat), va lui permettre d’avoir un bonus qu’il pourra activer à chaque fois que se sera à lui de jouer. Par exemple, s’il a la capacité ralliement, ça augmentera ses électeurs contre des points de logistique (un certain nombre par tour à utiliser pour réaliser des actions). S’il a la capacité forge, il pourra répandre des mensonges sur l’adversaire dans la région (la carte est divisée en régions et il faut les rallier à soi), et, de ce fait, ce dit adversaire aura des soucis d’impopularité s’il vient y faire campagne etc.

Vous avez compris, ce jeu est un jeu de stratégie, plutôt complet je trouve, niveau politique, avec des coups bas largement possibles, de la corruption, des scandales, un programme à avoir, des choix avec conséquences à prendre, des actions à mener pour gagner des votes, et tout ce qui peut exister dans une vraie campagne politique et que vous voyez sans cesse à la télé ou dans les journaux, surtout en cette période très politisée ! Un vrai amour de jeu indé, belle patte graphique, rigolo comme tout (mais difficile !). Je vous l’ai présenté sommairement, jouez-y ! Vous allez comprendre rapidement et ça sera plus clair ! J’ai l’estomac vide donc je n’explique pas très bien. C’est sorti le 2 novembre 2016, développé par Squeaky Wheel et édité par Positech Games. 14.99 euros sur Steam.

C’était une grosse présentation. Les suivantes vont être plus brèves, ne vous en faites pas ! La liberté sera bientôt votre et vous pourrez fuir cet article écrit avec le clavier d’un homme qui a faim. Cet homme, c’est moi. Et moi, c’est…euh…moi ? Hmm, on oublie et on passe à la suite ! J’ai tendance à papillonner, à m’égarer (ma voiture) et à me perdre dans des chemins de traverse.

Le deuxième jeu, c’est Phoning Home ! Un petit jeu sorti il y a peu : le 7 février 2017 ! J’avais oublié qu’on était en 2017, mon dieu…Dans un an, les 2000 auront leur bac, ça nous rajeunit pas tout ça ! Phoning Home est édité et développé par Ion lands et coûte la modique somme de 19.99 euros. Le studio porte bien son nom car, en effet, dans ce jeu vous incarnez un petit robot mignon à la Wall-E nommé Ion ! Son histoire ? Ion est une unité robotique d’exploration qui doit récolter des ressources naturelles. Il se balade tranquillou billou dans son vaisseau quand soudain PAF. Accident, crash. Billou meurt. Ion aussi. C’est la fin. Non pas du tout. Accident, ça c’est vrai, crash, ça aussi, et Ion se retrouve seul avec l’intelligence artificielle du vaisseau sur une planète extraterrestre. Dès lors, il va s’agir de survivre dans ce monde hostile et froid, rempli de microbes, de crapauds démoniaques, de belettes malfaisantes et d’origami menaçantes ! AHHHHH !! Faut vraiment que je mange là.

Donc, sur cette planète, Ion va effectivement bien devoir survivre en recoltant des ressources qui vont lui servir à se faire du carburant, des points de vie, une armure sur sa coque, des armes etc. Un jeu de survie en somme mais avec un robot en personnage principal. Original. Le jeu à des ressemblances avec Scrap Garden. Ion, notre gentil robot communiste (je viens de l’inventer ça aussi) va avoir comme objectif principal de recontacter sa planète afin qu’il retourne chez lui. Le pauvre chou robotique. Va-t-il y arriver ? Mystère. C’est à vous de jouer au jeu et de découvrir ça ! En plus, il va faire de belles découvertes, mais je n’en dis pas plus. C’est encore une fois un beau jeu, avec une très bonne ambiance, des graphismes tout à fait convaincants, et une très belle musique ! C’est relaxant. J’en suis sorti apaisé et heureux. Un sourire aux lèvres. Le même que j’ai quand j’apprends que ce soir c’est pizza.

Pour finir, car oui, les présentations vont toujours par trois, c’est un principe inscrit dans la Constitution Française de 1982 et inscrit, également, dans la Convention de Genève des Etats-Unis D’Amérique Latine de 1515 Marignan (j’étais plutôt bon en histoire), je vais vous parler du jeu…-trois petits points, suspens, tambours et maracas- Pit People ! Le jeu, sorti le 13 janvier, du studio The Behemoth que j’attendais pas, car je ne savais pas qu’il allait en sortir un, mais que, maintenant que je le possède, j’adore, j’adule et je vénère au plus haut point, comme tous les autres jeux totalement barrés de ce studio ! On leur doit notamment Castle Crashers et Battleblock Theater. Ces mecs sont des fous. J’adore leurs jeux. Vraiment. Ce jeu est un jeu de stratégie tour par tour, d’aventures, d’exploration, avec des aspects RPG, mais c’est surtout un formidable jeu (en accès anticipé pour l’instant donc contenu limité) en coopération avec des potes (big-up MonkeyZ). Il est court, pour le moment, mais j’ai pris et prends un plaisir fou ! Vous avez votre équipe de personnages, différentes caractéristiques, armes, capacités, et vous vous promenez sur la map pour remplir des quêtes. Le tout se finissant toujours dans un combat ultra bordélique mais jouissif contre une IA plutôt forte sous fond de LSD autant pour la musique-absolument géniale par ailleurs !- que pour les trucs que vous affrontez ! Je dis « trucs » car y a des humanoïdes certes, mais aussi des chats, des licornes qui tirent des cornes explosives, des cupcakes qui soignent, des girafes montées, des poulpes…Bref, je comprends rien à ce que je vois à l’écran mais c’est génial !

Les critiques sont forcément extrèmement positives, on s’en doute. Je vous le conseille vraiment. Comme les deux précédents of course mais encore plus en fait ! A 14.99 euros sur Steam, ça ne se refuse pas voyons ! Non, en vrai, attendez un peu, le temps que le contenu s’étoffe (de soie) ! Revenez dans quelques mois, genre le 4 avril par exemple, et achetez le ! Vous ne le regreterrez pas et vous pourrez dire « Ce bon vieux Azz est un gouffre de crétineries ahurissantes, mais sur ce coup, il gère la fougère, il avait raison ! ». Bref, je m’auto-satisfait et je me complais dans ça mais c’est un jeu du tonnerre !

C’est fini ! Et oui, déjà ! Comme quoi le temps passe vite en ma compagnie. Je suis un bon petit me disait ma maman entre deux claques, et pour ça, je l’en remercie. Maman, où que tu sois -sans doute chez elle-, je t’aime ! Mes chers amies et amis, on se laisse là, on a passé un bon moment ensemble, c’était cool. Laissez un pouce bleu, un commentaire, abonn…Ah mince, je me trompe de média. Bonjour à toutes et bonj…Ah non mais c’est au début ça aussi, je raconte n’importe quoi. Faut pas m’en vouloir je suis fatigué, je fais les trois 8 : dormir, manger, dormir, et le tout pendant six mois deux fois dans l’année. C’est éreintant. Je suis crevé. Et j’ai faim. Sur ce, bisous à vous mes petites tartines, on se retrouvera pour le test d’Urban Empire, ça va envoyer du pâté ! Oh oui du pâté…Argh, je me fais du mal.

Laisser un commentaire