Medal of Honor Airborne : Le test

 

Medal of Honor : Airborne est un FPS développé et édité par Ea Games. Il est sorti en septembre 2007. Contrairement aux deux anciens Medal of Honor que j’ai testés, celui-ci n’est pas une exclusivité PC. Il est sorti sur PC, XBOX360 et PS3.

Introduction :

Nous sommes toujours plongé en pleine seconde guerre mondiale et nous retournons, après notre passage dans le Pacifique (Medal of Honor Batailles de Pacifique : voir le test ici) en Europe. Comme son nom l’indique, Medal of Honor : Airborne vous propulsera au commande d’un parachutiste (para pour les intimes …). On a donc un soit-disant chamboulement de gameplay. Vous commencerez chaque mission dans votre avion avec vos amis (après un briefing mis en scène). Chacune d’entres-elles propose un début différent : moteur explosé, carlingue qui se coupe en deux, … On a donc bien une différence mais dans l’ensemble, retenez que vous commencez dans un avion et c’est tout. Boyd Travers, votre personnage, sautera donc à chaque début de mission (6 au total).

Après ouverture du parachute, voilà qu’arrive l’originalité. Vous pourrez vous diriger où bon vous semble en utilisant les touches directionnelles. Il faut juste savoir que deux zones sûres sont marquées au fumigène vert afin de vous repérer. On pourrait se dire que sauter où l’on veut a du bon mais bien souvent, on se retrouvera au milieu d’ennemis et ce sera la mort assurée. A noter que chaque mort vous replonge dans un saut juste au moment où votre parachute s’ouvre ce qui provoque une certaine redondance dans l’action. Une fois au sol, les missions sont classiques et ne vous dépayseront pas spécialement même si les lieux choisis pour celle-ci sont inhabituels (je pense notamment à la tour de Flak).

Test :

Comme annoncé dans ce post : [Test] Mise en place de mes tests, je vais décomposer le test selon quatre catégories principales et une cinquième secondaire.

Gameplay :

Comme je l’ai mentionné dans l’introduction, l’originalité vient du parachute. On a donc un truc sympa et bien mis en scène : on s’y croirait (jambe, main lorsqu’on se loupe …). L’ennui, c’est la répétition du système. On est cantonné a devoir faire tout le temps la même chose et on perd un peu de la diversité qui était propre à la série. Dommage.

Pour ce qui est des combats au sol, tout est du plus classique. Si vous avez l’habitude des FPS, vous serez comme un poisson dans l’eau. On peut tout de même signaler la jauge de progression des armes et le fait que l’on puisse choisir celles-ci avant le début de mission. La jauge augmentera au fur et à mesure de vos kills et permettra de débloquer des améliorations sur vos armes : chargeur 50 balles sur la Thompson, étui pour le Colt 1911, meilleure crosse pour le Mauser, …

On reprochera par contre que la position des ennemis ne soit pas aléatoire ce qui veut dire qu’après chaque mort vous saurez où ils sont (oubliez donc la rejouabilité).

Le gros problème du gameplay vient de l’IA. Elle est du niveau de celle de Medal of Honor Débarquement Allié (voir mon test). On a donc une IA peu coriace qui agira de manière assez étonnante. Je peux par exemple citer l’exemple suivant : vous balancez une grenade dans une pièce, les ennemis sortiront (cool) mais par la porte où vous êtes (moins cool). On peut aussi noter le manque d’initiative de vos coéquipiers : dans une des missions, vous pouvez vous poser sur le clocher d’une église pour sniper. Vous aurez bon sniper les ennemis, vos coéquipiers n’avanceront pas … On a réellement un problème derrière cette IA.
Le gameplay est donc en demi-teinte, l’originalité du parachutage venant légèrement relevée la note.
Note :

Graphismes :

Les graphismes de Medal of Honor Airborne étaient dans la moyenne à sa sortie et sont encore correctes de nos jours. On a surtout une profondeur de vue assez impressionnante, encore heureux avec le saut en parachute ! On regrettera par contre l’absence de physique dans le décor. Une grenade nos provoquera rien comme effet à part une explosion. Les effets de fumés sont quant à eux complètement ratés et donnent une impression de texture floue et mal modélisée sur un modèle bas de gamme. Les explosions sont quant à elles assez difficiles à expliquer. Certains les aimeront d’autres pas.

Les armes et ennemis sont super bien reproduits. Le petit effet de flou lors de l’upgrade des armes est particulièrement bien agréable. On a donc des graphismes corrects qui nous plongent dans l’action directement. En somme, c’est ce que l’on demande !
Notes :

Bande-Son/Scénario :

La bande-son des Medal of Honor a toujours été très bien soignée et celle-ci ne fait pas exception à la règle. Ici, il ne s’agira pas de nouveaux mais d’un recyclage des anciens de Medal of Honor : Débarquement Allié et de Medal of Honor : Batailles du Pacifique. On a donc de très bon thème collant parfaitement à l’ambiance générale du jeu. Le doublage français est de bonne facture mais ne restera pas dans les mémoires. Ce qui choque par contre, c’est les voix de vos alliés qui vous parlent sans être à votre côté. Je me souviens par exemple, avoir entendu : Travers fait exploser ce dépôt de munitions ! J’ai regardé autour de moi pour ne voir aucun allié ! Dommage que le jeu utilise de telle mécanique afin de vous mettre dans l’ambiance.
Note :

Avec son gameplay différent des autres FPS, les missions n’auront plus lieu au même endroit que d’habitude ! Exit donc le débarquement en barge mais vous aurez plutôt un saut derrière les lignes ennemis. On a donc des missions se passant aux quatre coins de l’Europe : Sicile, Italie, Allemagne, France, Pays-Bas, … Cela donne un certain atout à ce jeu. On peut aussi trouver intéressant que les ennemis ne soient pas identiques de mission en mission. Si vous sautez en Sicile, vous aurez des chemises noires italiennes qui sont de jeunes recrues peu formées tandis que vers la fin, vous aurez des unités d’élites. On pourra juste se demander ce que les développeurs ont fumé en créant le soldat d’élite allemand, je vous laisse le découvrir …
Note :

Durée de vie :

La durée de vie est le plus gros problème des FPS modernes. Medal of Honor Airborne est court, trop court ! En le refaisant pour le test, j’ai mis 4h30-5h à le finir, soit un peu près 45 min par mission ! Il faut dire qu’avec 6 missions, il ne pouvais pas être bien long. C’est une vaste blague ! Je conçois bien que nous faire sauter en parachute 15 fois eu été lassant mais faire un jeu qui se termine en 5h c’est inadmissible. Ne comptez pas non plus sur une rejouabilité, comme je l’ai dit dans la partie gameplay, la position des ennemis est fixe. De plus, la difficulté en normal n’est pas exceptionnelle. Il existe un mode multijoueur plutôt anecdotique. Je ne l’ai pas testé.
Note :

Optimisation – Interface – option graphique :

Sachant que Medal of Honor : Airborne utilise l’Unreal Engine 3. Ce moteur graphique est stable et ne devrait pas poser trop de problèmes. Avec ma configuration, j’avais une moyenne de 60 fps ce qui bien au-dessus de la moyenne pour jouer correctement à un fps. On regrettera tout de même l’installation du jeu assez chaotique. En 2007, le pare-feu Windows® posait problème. Maintenant, ce n’est plus le pare-feu mais le moteur physique (PhysX pour Nvidia et AGEI pour AMD) qui fait des siennes. Pour installer le jeu : vous devrez donc désinstaller la version la plus récente du moteur physique, installer le jeu et ensuite réinstaller le moteur physique. J’aurai donc bien mis un TB pour l’optimisation mais avec ces problèmes d’installation, je passe à B.
Note :

Conclusion :

Medal of Honor Airborne partait sur une bonne idée mais celle-ci a été mal exploitée et gangrénée par une IA catastrophique et une durée de vie minime. Je ne dis pas que le jeu est horrible, j’ai même passé un bon moment dessus mais voir la fin arriver après 5h de jeu, c’est assez gênant !

Note globale :

  • Vidéo de gameplay :

  • Gallerie d’images :
Plateforme PC
Développeur Ea games
Editeur Ea games
Date de sortie Septembre 2007
Prix (Steam – Amazon) 9,99 €Medal of honor airborne
Configuration minimale Windows XP/Vista/7, Intel® Pentium® IV 2,8 Ghz, 1 Go de RAM, carte 3D 128 Mo, 9,1 Go d’espace libre, Directx 9 ou plus

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.