The Elder Scrolls Online : Impression bêta (PvP)

The Elder Scrolls Online Logo

The Elder Scrolls Online est un MMORPG développé et édité par Zenimax. Il sera disponible le 4 avril prochain sur PC/Mac et en juin sur PS4 et XboxOne.

Après une première partie consacrée à l’exploration et le PvE (voir ici), un point particulièrement important dans le jeu, voici la suite de mon impression bêta. Cette fois-ci, je me tournerai vers le PvP, un tout nouveau pan de gameplay pour un The Elder Scrolls.

Là où la saga posait déjà les bases du PvE et de l’exploration, les développeurs, pour le PvP, ont dû mettre en route leurs méninges et nous proposer quelque chose d’original. Ceux-ci ne partent cependant pas sans expérience, avec pas moins que Dark Age of Camelot, l’un des pères fondateurs du RvR (Royaume versus Royaume), comme bagage ! On ne rigole plus !

Concept :

La partie PvP de The Elder Scrolls Online se concentre presque exclusivement sur du RvR. Les trois factions, le Pacte de Coeurébène, le Domaine Aldmeri et l’Alliance de Daguefillante, se focalisent sur la région immense de Cyrodiil. Le centre de la carte de Tamriel est donc uniquement destiné aux PvP !

Accessible dès le niveau 10, cette zone vous permettra de mener des assauts contre des forteresses et bastions pour tenter de conquérir le plus de zones possibles et la Cité Impériale, comme dans la vidéo d’annonce suivante :

Les différentes factions devront donc mener des assauts coordonnés contre des points stratégiques de la carte pour progresser. Pour prendre un point, il faudra auparavant faire une brèche dans les murs ou éclater une porte pour entrer. De là se déchainera toute l’action du jeu et vous serez littéralement confronté à un flot d’ennemis.

Une fois le point sécurisé, il passera dans votre faction et vous passerez au suivant, ainsi de suite. La prise d’un fort n’est toutefois pas aisée et le prendre tout seul ou en très petit groupe, en contournant la ligne de front sera presque impossible. Ceux-ci étant tout de même défendus par des PNJ niveau 50 🙂

Les amoureux du RvR y retrouveront sans doute très vite leurs marques et seront donc ravis de la tournure des choses. Participer à des batailles avec des dizaines voire des centaines de joueurs est grisant. Les sièges seront également très intéressants car ils impliqueront directement le joueur. Sans machines de siège (trébuchet, bélier, baliste, …), avancer est impossible ! Les joueurs devront donc s’investir tant humainement qu’économiquement pour mener à bien ceux-ci.

The Elder Scrolls Online PvP 1The Elder Scrolls Online PvP 4

Si dans mes quelques heures de jeu l’organisation n’était pas toujours présente (attaquer la porte principale au lieu d’une porte secondaire …), je suppose que des guildes se créeront autour de ces sièges pour donner quelque chose de vraiment agréable.

Maintenant que le concept du jeu et les quelques éléments de gameplay sont en place, passons aux bons et mauvais points. Je vous invite d’ailleurs également à regarder ma vidéo pour vous montrer un siège en vidéo.

Bons points :

  • Trois factions :

Proposer du RvR avec deux factions est presque impossible, The Elder Scrolls Online repose donc sur trois factions ce qui amène une dimension stratégique non négligeable, surtout qu’elles cherchent toutes les trois à atteindre le même but !

  • Du PvP scénarisé !

La saga The Elder Scrolls a toujours aimé tout introduire de manière complète et scénarisée ! Ainsi, même pour du RvR, des quêtes seront disponibles et vous permettront de vous définir des objectifs clairs et précis.

Par exemple, certaines quêtes enverront espionner une forteresse ennemie ou d’autres vous demanderont simplement de tuer 20 ennemis. Elles seront directement accessibles à la « capitale » de votre faction.

The Elder Scrolls Online PvP 3The Elder Scrolls Online PvP 5

Cet aspect narratif renforce au final l’immersion et casse un peu l’impression d’être toujours le big boss comme en PvE où vous arrivez à tout. Ici, le sentiment d’être un sale trouffion, à bas niveau évidemment, est réel !

Différentes campagnes seront également présentes dans le jeu final, de quoi amener un peu de diversité.

  • Le nombre de joueurs + la stabilité des serveurs :

The Elder Scrolls Online se devait de proposer un nombre impressionnant de joueurs et une stabilité sans faille devant ce RvR super prometteur et … c’est le cas ! S’il existe encore quelques soucis, rappelons qu’il s’agit d’une bêta, le jeu affiche d’innombrables ennemis et a le mérite de tourner sans trop de ralentissements.

Lorsqu’un siège est déclaré et que vous voyez 10 trébuchets se lever et tirer en phase, je peux vous assurer que c’est imposant! Malheureusement, cela peut amener quelques soucis, comme vous le verrez dans les points négatifs.

  • La durée d’un siège :

Zenimax ne voulait en rien que les forts jouent au yo-yo et passent d’une faction à l’autre sans arrêt. Prendre un fort ne sera donc pas une sinécure et demandera un effort particulier de chacun. On devrait donc se retrouver avec des batailles qui peuvent durer plusieurs jours, avec la prise de nombreux forts.

  • Musique :

Si cet élément n’est pas propre au PvP, les musiques de The Elder Scrolls Online sont dans la droite lignée de celle de Skyrim, épique ! On y retrouvera d’ailleurs des sonorités fort proches qui nous rappelleront nos escapades en Bordeciel. Jeremy Soul est bien entendu toujours aux commandes !

Je pense avoir fait le tour des points positifs. Passons maintenant aux points négatifs :

Mauvais points :

  • Le bordel omniprésent :

Le problème lorsque des dizaines de joueurs se retrouvent à l’écran, c’est le bordel qui s’en dégage très rapidement. Lorsqu’une brèche dans un mur ou une porte est ouverte, on se retrouve avec une mêlée particulièrement dense où chaque joueur passe au travers de l’autre et où, au final, on ne comprend plus rien. Ce bordel m’amène d’ailleurs à introduire le point négatif suivant :

  • Les effets de zone :

Dans des batailles de masse, les effets de zone sont souvent dévastateurs et peuvent devenir énervants pour une classe peu adaptée à les contrer. S’approcher d’une muraille d’un peu trop près, peut rapidement devenir mortel et vite énervant.

The Elder Scrolls Online PvP 2The Elder Scrolls Online PvP 6

Dans les grosses mêlées, les mages seront par conséquent particulièrement à l’aise pour bombarder les ennemis tout en restant calmement planqués. Je mettrai toutefois ces quelques soucis et énervements sur mon faible niveau et ma résistance, certes augmentée pour le PvP, mais minime.

  • La course contre la mort … :

Sous ce titre un peu particulier, je veux parler de la course (à pied) qu’il faut vous taper si vous souhaitez rejoindre le champ de bataille. S’il est possible de poster des points de résurrection proches des combats, peu de joueurs le font et les limitations imposées (loin d’un village ennemi, d’une forteresse, …) sont fort contraignantes.

Il faudra donc vous attendre à parcourir en long et en large Cyrodiil plusieurs fois car vous êtes un noob … tout comme moi !

  • Les duels presque impossibles :

Tenter un duel est presque impossible. Outre le fait que le système de combat l’empêche (connexion, réactivité des deux joueurs), le RvR ne se prête pas particulièrement au 1 vs 1. On se retrouvera donc bien plus souvent dans des affrontements massifs où taper le jouer le plus proche, sans se poser de questions, est souvent la solution.

Je pense avoir désormais fait le tour des différents points. Je vous répète que je répondrai avec plaisir aux différentes questions. Ces discussions me permettront peut-être de vous dévoiler certaines fonctionnalités que j’aurais oubliées.

Appréciation globale :

Avec son RvR tactique, The Elder Scrolls Online proposera des affrontement dantesques avec des dizaines voire des centaines de joueurs à l’écran. Si certains seront perdus, d’autres apprécieront et se lanceront avidement dans un siège pour tenter de conquérir une forteresse ennemie.

Ne souffrant pas de gros problèmes, ce PvP s’annonce donc déjà très intéressant et devrait permettre aux guildes de bien se marrer. Quelques paramètres sont encore à corriger mais dans l’ensemble, cela s’annonce plutôt bien.

TB

  • Vidéo de gameplay :

  • Images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

6 réflexions sur « The Elder Scrolls Online : Impression bêta (PvP) »

    1. Voici :

      Ma configuration PC :

      Processeur : Intel(R) Core(TM) i7-2600 CPU @3,40Ghz
      Carte graphique : ATI Radeon HD 5800 series
      Mémoire : 8Go
      Résolution d’écran : 1920 x 1080

  1. Juste une question : y-a-t’il des sorts de contrôle de masse?
    Au visionnage de la vidéo gameplay RvR et en participant quelques heures à la béta je n’en ai pas vus. Par contrôle de masse, j’entend de zone, et avec une durée supérieure à 30 secondes.

    1. je ne saurais malheureusement pas te répondre catégoriquement. Toujours est-il que mon personnage n’en possédait pas, ce qui est logique vu sa classe d’assassin. J’ai vu certains mages qui pouvaient bloquer des ennemis durant quelques secondes mais rien au-delà d’une dizaine de secondes.

  2. Hello,
    Pour répondre à ta question, oui il y a des contrôles de masses 🙂
    En ce qui concerne la fluidité graphique je suis en ultra haut 45 fps constant avec un vieux phenom2x4@ 4ghz et une gtx 560 (pas Ti) autant dire que le jeu ne demande pas trop de ressources! 😉 Par contre la différence entre les différents niveau de qualité est assez énorme. En faible on dirait DAoC 😀
    Les AoE sont encore accentuées par le principe de synergie entre les joueurs. Ce sont des sorts qui sont combinés pour obtenir de nouveau effets et tout le monde est vivement encouragés à les spammés! Donc niveau visibilité au cac en pleine mêlée RvR c’est…..psychédélique xD

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.