Cities Skylines : Le test

Cities Skyline Bandeau

Cities Skylines est un city builder développé par Colossal Order et édité par Paradox Interactive. Il est disponible depuis le 10 mars sur PC.

Ce test a été réalisé à partir d'une clé fournie par l'éditeur. 

Introduction :

Lorsque Colossal Order, connu pour les deux Cities in Motion, a annoncé Cities Skylines, j’ai  été plutôt surpris et en même temps heureux. Se lancer dans une telle tâche était et est toujours clairement courageux de la part de ce petit studio finlandais (moins de 15 développeurs !), surtout vu les ambitions.

Après le « désastre » Simcity 2013 et la relative absence d’autres citybuilder, Banished jouant dans une catégorie à part et Cities XL ne revenant que pour dire : « Au fait, j’ai existé ! Achetez moi ! SVP :(« , Cities Skylines a donc le chemin tout tracé pour marquer les esprits et venir s’installer durablement dans les chaumières. Je peux déjà vous le dire, cela ne devrait pas poser de soucis vu la qualité du titre !

Revenons-en néanmoins à la base. Comme tout bon city builder depuis Simcity de Will Wright, le titre qui a posé les bases du genre, Skylines vous propose donc construire votre ville autour de trois éléments clés, le résidentiel, le commercial et l’industriel, viendront s’y greffer les bureaux par après, même si cela reste une évolution de l’industriel. Autant donc vous prévenir de suite, Skylines n’invente rien mais amène plutôt des éléments bienvenus comme la gestion individuelle de chaque citoyen. Là où ils étaient simulés dans le dernier « vrai » Simcity (le 4 donc …), Skylines vous propose ici une gestion précise de chaque entité de votre ville, qu’il s’agisse d’un chien, d’un citoyen, d’un camion de livraison, d’un train, … Vous pouvez d’ailleurs les renommer comme vous le souhaitez ! Les plus patients n’hésiteront ainsi pas à suivre leur citoyen, de sa maison à son lieu de travail, en passant par les commerces que celui-ci visitera.

Cities Skylines Test 3Cities Skylines Test 8

De cette gestion individuelle découle une circulation crédible et des mouvements de personnes agréables. Au début de votre partie, vous découvrirez par exemple que vos citoyens (que j’ai envie d’appeler Sims … mais on va éviter !) se déplacent principalement à pied et qu’il est donc possible de prévoir des chemins de terre afin de créer des piétonniers. Au-delà d’une certaine distance, bien entendu, ceux-ci prendront leur voiture.

Skylines part donc sur de bonnes bases et comme on va le voir ensemble dans ce test, ne fait rarement qu’un pas de travers.

Test :

Gameplay :

Un city builder, cela se repose essentiellement sur son gameplay. Là où un FPS doit aussi en mettre plein la vue, les jeux de gestion sont souvent moins sexy mais bien plus profonds dans d’autres domaines.

Skylines, comme je l’ai déjà indiqué, s’appuie sur des bases connues, au point qu’il se serait nommé Simcity, cela n’aurait pas choqué. On place donc sa petite centrale (une éolienne, ça a le vent en poupe en ce moment), une route, deux-trois canalisations d’eau et nous voilà partis ! La ville commence à se développer et certains bâtiments arrivent, les écoles, les commissariats, les casernes de pompier, les cliniques, … en somme que du connu.

Cities Skylines Test 27Cities Skylines Test 29

Cities Skylines ne propose pas spécialement de didacticiel mais une progression lente autour de divers bâtiments à débloquer. On regrettera néanmoins certains choix comme le fait que tous les types de routes ne soient pas disponibles dès le départ. Si construire une route à 6 bandes n’a clairement pas d’utilité en début de partie, commencer dès le départ à mettre des sens uniques n’aurait peut-être pas été mauvaise idée !

Une fois que la ville se développe, tout reste encore bien visible et clair à l’écran, comme dans le dernier volet de la licence de Maxis. Différents filtres, accessibles d’un clic, viennent se mettre sur votre ville pour vous aider. Si certains manquent parfois de clarté et de réelles indications (les déchets par exemple, un élément qui me pose encore des soucis dans ma partie …), la plupart sont fort utiles et viendront bien vous aider dans votre tâche. Vous pourrez ainsi d’un clic voir les zones d’influences de vos écoles, non pas délimitées par un cercle mais par le réseau routier adjacent au bâtiment.

Skylines gère donc pas mal de contenus et s’adapte parfaitement à vos choix. On notera cependant quelques ratés comme des zones d’influences, selon moi, bien trop petites pour les écoles, commissariats et casernes de pompier. N’allez pas me faire croire qu’une école primaire ne couvre q’un gros pâté de maisons dans la réalité !

En parlant de quartier, sachez que Cities Skylines propose une option plus intelligente, la création de quartiers avec des politiques (impositions, environnements, …) différentes dans chacun d’eux. Pour les créer, rien de plus simple, comme dans Cities in Motion 2, vous les peignez directement avec votre souris sur la carte.

Cities Skylines Test 9Cities Skylines Test 34

Vous l’aurez compris, Cities Skylines propose un gameplay très solide et ne met jamais réellement le joueur dans le doute. L’interface, pas magnifique, mais très claire, viendra l’aider dans sa tâche. Néanmoins, à aucun moment, le jeu ne viendra vous dire ce qui ne va pas. A vous de comprendre pourquoi les citoyens désertent votre ville ou apprécient fortement un quartier.

Note :
Gameplay4,5

Graphismes :

Si vous avez déjà un peu regardé les images, Cities Skylines n’est sans doute pas le titre le plus sexy de l’année. Si on désactivera, ou diminuera bien vite, le flou lors du zoom (quelle saloperie toute moche !), le titre de Colossal Order n’en reste pas moins encore assez mignon avec ses couleurs voyantes et plutôt prononcées. Au moins, on évite la simulation de gris qu’était Cities in Motion 2, le titre précédent du studio.

Si je ne suis pas spécialement fan de tous les filtres qui viennent directement modifier les couleurs du titre, il faut reconnaitre qu’ils sont pratiques et plutôt propres.

Cities Skylines Test 33Cities Skylines Test 6

Le principal reproche que je pourrais faire à Cities Skylines, c’est sa direction artistique plutôt convenue et dans l’air du temps. A aucun moment je ne me suis dis en jouant « Ah ouais, pas mal l’idée, plutôt joli ! ».

En gros, le moteur graphique, le Unity, gère bien son truc, le rendu reste propre et bien carré. Un peu plus de folie ou une DA plus prononcée n’auraient peut-être pas été du luxe.

Note :
Graphismes3,5

Bande-Son/Scénario :

Sans doute l’élément le plus décevant du jeu, la bande son. Là où les jeux Paradox, un peu plus ceux créés par le studio lui-même, proposent de plus en plus des soundtrack de qualité, Cities Skylines se contente du minimum pour la musique. Un fond mélodieux sans trop de répétition et qui a eu du mal à m’emballer et surtout me faire clairement oublier le temps.

D’un autre côté, les bruitages sont corrects et la ville est assez animée si on vient à zoomer dessus. Avec la possibilité de suivre un citoyen ou une ville, comme dans Cities XL par exemple, voyager dans sa ville et écouter les bruits ambiants comme les sirènes ou le trafic est plaisant et viendra augmenter légèrement cette note.

Cities Skylines Test 13Cities Skylines Test 36

Je suis néanmoins resté sur ma faim même si les city builder n’ont jamais brillé sur ce point, sans doute pour éviter de nous déconcentrer et sortir de nos réflexions sur l’agencement de notre prochain quartier.

Note :
BandeSon1,75

Etant donné que Cities Skylines propose exclusivement un mode bac à sable, la partie scénario n’a pas de réelles raisons d’être. N’attendez donc pas des objectifs clairs et nets, à vous de faire votre mégalopole !

Durée de vie :

De base, le rythme du jeu est plutôt lent. Construire une ville de 100 000 habitants en quelques heures est impossible, comptez plutôt une bonne dizaine d’heures pour dépasser les 20 000 et encore, je suis généreux si vous gardez la vitesse minimale.

Cities Skylines peut donc vous occuper déjà un petit bout de temps. De plus, avec la gestion de quartier individualisée et donc un certain micro-management, il y a de quoi faire ! Remplir une carte pourra donc vous prendre quelques dizaines d’heures surtout qu’elles sont loin d’être petites !

Vous partez en effet au départ d’une zone de 2 km x 2km. Ensuite, via différents paliers définis sur votre population, vous aurez l’occasion de débloquer jusqu’à 8 autres tuiles parmi 25 (un mod existe pour débloquer les 25 mais une bonne machine sera nécessaire). On a donc une carte qui évolue pendant la partie, de quoi ne jamais être limité par celle-ci (ha, Simcity … quelle erreur monumentale).

Cities Skylines Test 1Cities Skylines Test 10

Ne parlons même pas en plus de l’éditeur de carte ou encore de l’éditeur de ressources qui vous permettra de modifier, partager, installer des modifications le plus facilement possible par le Steam Workshop. Les développeurs ont donc tout mis de leur côté pour vous offrir une aventure longue et complète.

Note :

Dureedevie4,5

Optimisation – Interface – options graphiques :

Ma plus grande crainte avec le titre, était d’avoir un jeu qui n’arriverait pas à suivre lorsque la ville deviendrait trop grande et commencerait à gérer des milliers de citoyens. Et bien, rassurez- vous, Colossal Order a fait son boulot de la manière la plus propre possible et son titre tourne parfaitement et ne propose aucun ralentissement, sauf peut-être lors d’un zoom brusque sur des zones bien peuplées et encore, je cherche la petite bête.

Cities Skylines Test 21Cities Skylines Test 30

Si votre ordinateur est plutôt puissant, je pense que le 60 FPS est clairement un objectif réaliste. Personnellement, avec ma GTX 970 et mon Core i5, je n’ai presque jamais bougé de ce palier.

Par contre, les options graphiques sont plutôt pauvres et il aurait par exemple été intéressant de proposer un peu plus de choix, notamment l’antialiasing.

Néanmoins, pas de crainte à avoir, Cities Skylines est clairement bien optimisé !

Note :

OptimisationTB

Conclusion :

Alors que le marché commençait à s’affaisser après l’échec critique du dernier Simcity, un petit arrive de nul part, Cities Skylines. Ambitieux pour une petite équipe (gestion individuelle des citoyens), il arrive à s’imposer et devrait réellement vous plaire si vous aimez le city builder à l’ancienne. Pour les néophytes, avec un style plutôt lent et de nombreuses vidéos disponibles sur internet, il ne devrait pas être trop compliqué de vous y mettre.

Si tout bien entendu n’est pas parfait, Cities Skylines est donc un excellent jeu qui vous ravira et montrera encore une fois que les indépendants, avec de la passion et du talent, arrivent à nous offrir un titre qu’on oubliera pas de sitôt !

Noteglobale17,5

  • Vidéo de gameplay :

A venir prochainement !

  • Images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plateforme PC
Développeur Colossal Order
Editeur Paradox Interactive
Date de sortie 10 mars 2015
Prix (Steam) 28 €
Configuration recommandée Windows 7/8 (64 bits), Intel Core i5-3470 @3.20GHz ou AMD FX-6300 @3.5Ghz , 6 Go de RAM, nVIDIA GeForce GTX 660 2 GB ou AMD Radeon HD 7870 2 GB, 4 Go d’espace libre

4 réflexions sur « Cities Skylines : Le test »

  1. Par contre l’antilaising est horrible, quand on zoom pour profiter de la ville en désactivant l’effet flou (qui pour moi est justement un « cache misère ») la lisibilité de l’image est impossible à plus de deux-trois maisons de rayon c’est vraiment dommageable et très très laid. Mais du reste le jeu est super!

  2. Pas de soucis d’optimisation graphique pour ma part (une fois les réglages graphiques effectués). Si tu as des problèmes d’anti-aliasing, ce mod pourrait peut-être t’aider : http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=406629464&searchtext=

    Sinon très bon jeu. Il reste quelques ajustements d’équilibrage nécessaires pour en faire un simulateur qui soit vraiment cohérent, mais ça n’en reste pas moins une excellente base.
    Après, venant de Cities in Motion, j’aurais aimé qu’ils conservent (en option, le cas échéant, s’ils craignaient d’effrayer) une bonne partie des outils de ce dernier (variété dans les routes, micro-gestion du transport, etc.).
    Peut-être à venir dans un DLC façon Rush Hour pour SC4, mais un peu dommage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.