Trois jeux pour le prix d’un article : Présentation par Azzertyran

Salut à tous, ici Gabon100 pour vous parler du troisième article de notre ami Azzertyran. Après deux très bons articles, disponibles ici,  il s’intéresse ici à trois jeux (motivé notre ami !) dont je tairais les noms. J’espère que cela vous plaira car il devrait revenir assez régulièrement. Bonne lecture 🙂

azzertyran-logo

Bon…Azz, mon petit Azz, au boulot ! Tu es resté trop longtemps dans le farniente, maintenant il s’agit de se mettre à bosser ! Y a tout plein de jeux à traiter, à présenter, à donner son avis…Oui, certes, mais par où commencer ? Justement quand il y a trop de choix, c’est difficile de choisir… Et bien fait donc un article sur plusieurs jeux à la fois non ?! Oh oui ! Bonne idée ! Je m’y mets immédiatement.

Bonjour à toutes et bonjour à tous, j’espère que vous allez bien mes petites loutres d’amour, moi ça va, j’ai passé de longs moments à ne rien faire, c’était très bien mais maintenant il faut se motiver ! Aujourd’hui, de but en blanc et de blanc en neige, on s’y met !  Nous allons traiter de divers bons jeux indépendants que j’ai pu recevoir, tester, et présenter sur ma chaîne, et dont je souhaitais en faire un article. Il faut bien commencer quelque part ma foi ! Allez let’s go, en voiture Simone, c’est parti !

En parlant de voiture, le premier jeu dont je souhaite vous parler concerne les transports, plus exactement le train ! Ce n’est pas tout à fait la voiture m’enfin…C’est du pareil au nem comme disent les chinois ! Ce jeu, c’est Train Valley. Un jeu édité par Flazm et développé par des Russes avec des noms finissants en « ov » et en « skiy », bref imprononçables ! Ce jeu est paru le 16 septembre 2015. C’est un jeu de simulation où l’on doit construire des voies ferroviaires, gérer le trafic, éviter les malencontreux accidents et le toutim ! Le jeu s’avère assez tendu, puisqu’il faut relier les gares entre elles, amener les trains dans les bonnes gares, sans perdre trop de temps, car dans ce jeu le temps c’est de l’argent !

En effet, plus votre train met du temps, plus il emprunte un long trajet pour rejoindre la gare correspondante, et plus la valeur de la cargaison va diminuer, de ce fait, vous l’aurez compris, vous allez avoir moins de sousous dans la popoche à l’arrivée.  Et qui dit moins de sous, dit moins de moyens pour améliorer et étendre votre trafic sachant que chaque accident va vous coûter de l’argent également. Et si vous n’avez plus d’argent, c’est la banqueroute ! Il va donc falloir être très attentif au trafic, ne pas perdre des yeux vos trains…En somme, vous l’aurez compris, vous allez galérer ! Ce jeu coûte 9.99 euros sur Steam.


En parlant de galères (je suis le roi de la transition), parlons un peu du jeu The Last Leviathan. Vous allez me dire « ô Grand et Sublime Azzertyran, de quoi traite ce jeu ? ». Et bien calmez-vous, manants ! Je vais vous le dire, laissez-moi donc juste un peu de temps pour reprendre ma respiration ! Et bien The Last Leviathan, pour faire court, c’est un peu le Besiege de la mer. Voilà, merci au revoir… ça ne vous suffit pas ? Non ? Bon, ok. The Last Leviathan, TLL pour les z’intimes, est un jeu édité et développé par Super Punk Games, sorti le 22 juin 2016 et trouvable dans les meilleures épiceries de France, à savoir Steam, au même prix que Train Valley. Pour le moment le jeu est en early acces. Oui, je sais ce que vous allez me dire  « Mais Azz, le early access c’est quand même le choix de la facilité, de l’arnaque tout ça… », et bien vous avez raison ! Mais pas pour ce titre ! Le jeu propose déjà un contenu tout à fait agréable et sympathique, en tout cas pour 10 euros. De plus, les développeurs m’ont l’air sérieux, je ne pense pas qu’ils vont abandonner leur jeu.

Je parle je parle, mais j’en oublie le principe du jeu ! C’est un jeu de création et de destruction de bateaux, avec un moteur physique important, c’est même la base de ce jeu. Voilà pourquoi j’ai fait allusion à Besiege ci-dessus. Vous allez pouvoir, dans différents modes de jeux, construire votre navire (ou bien, si vous êtes flemmard comme moi, télécharger un navire du Workshop) et prendre la mer – même si certains diront que c’est pas l’homme qui prend la mer mais la mer qui prend l’homme-, et allez pouvoir couler vos adversaires, et tabasser des monstres marins ! Pour le moment, le jeu n’est pas fini, pas complet, tous les modes promis ne sont pas disponibles, mais il y a déjà de quoi bien s’amuser. Si vous avez aimez Besiege, ce jeu est fait pour vous !


En parlant de jeu (ouais, j’avoue que là, y a mieux comme transition), je souhaite vous parler d’un jeu coup de cœur du moment : Scrap Garden. Il est édité par Flazm (oui : comme Train Valley) et développé par les mêmes Russes aux noms qu’on ne prononce pas (comme Voldemort, mais ici c’est juste parce qu’ils ne sont pas prononçables). Ce petit jeu mignon est sorti le 6 mai 2016 (soit 3 jours après ma fête, ce qui n’a aucun rapport) et est du style plates-formes et énigmes. Il coûte 15 euros sur Steam. Vous incarnez Canny, un gentil petit robot, qui se réveille un jour dans un monde post-apocalyptique et qui découvre que les autres robots sont désactivés. Que s’est-il donc passé et comment remédier à ça ? C’est là toute l’histoire et le but du jeu ! Vous allez devoir traverser différents mondes, résoudre des énigmes, sauter de droite à gauche (ou de gauche à droite selon vos opinions politiques), afin de remettre en marche tous les membres de la clique de Canny ! Ce jeu est poétique, adorable, et comme les deux autres, n’a pas forcément eu le succès qu’il méritait… Le jeu indé est un monde compliqué et difficile, où la perle est rare, où le marché est inondé. Mais ce studio est intéressant et prometteur en vue de ce qu’ils ont déjà faits. Je suis pour eux, tout feu, tout flazm !


Et c’est sur ces belles paroles, sur ces textes empreints de mon style si magnifique, tel un modeste poète des temps modernes que je vous dis merci d’avoir lu. J’espère que cela vous a plu, j’avais envie de faire une petite chronique sur quelques jeux indépendants qui m’ont tapé dans l’œil dernièrement (j’en suis devenu borgne). Le jeu indépendant c’est mon dada. Le jeu indépendant c’est cool ! Le jeu indépendant c’est…Je n’ai pas la suite ! Merci et à bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.