Candleman : Le test

Candleman : The Complete Journey est un jeu d’aventure/réflexion développé et édité par Spotlightor Interactive. Il est sorti sur XboxOne le 1 février 2017 et le 1 février 2018 sur PC.

Ce test a été réalisé sur PC à partir d'une clé fournie par les développeurs. 

Introduction :

Pour tout vous dire, j’avais totalement loupé l’existence de jeu avant que notre grand ami Azzertyran ne fasse quelques vidéos à son sujet. Vu son côté assez original, je vais y revenir, j’ai donc décidé d’y jouer et de le tester pour vous.

Déjà, fait assez rare, ce jeu indépendant est développé par une équipe chinoise. L’idée de Candleman est partie du Ludum Dare 48 #27 dont le sujet était « 10 secondes » et ce en 2013 ! L’idée a donc eu le temps de bien germer, de quoi offrir la possibilité aux développeurs de nous offrir cette petite fable assez mignonne et intéressante.

Commençons déjà par expliquer ce thème … 10 secondes … Candleman … vous l’aurez compris, tout tourne autour d’une bougie ! Ainsi, vous incarnez une petite bougie (pensez à « Lumière » de la Belle et la Bête mais en moins raffiné) qui se réveille un beau jour au fond d’un bateau et décide de se diriger vers une lumière éblouissante au loin (un phare ! Oh le spoiler !). Le hic c’est qu’il fait sombre au fond de ce bateau et qu’elle ne peut éclairer que … 10 secondes sous peine que toute sa cire ne fonde et qu’elle ne meure !

En ayant appréhendé cette mécanique qui semble bien cruelle au départ, vous rendrez vite compte que 10 secondes c’est assez long au final et que de petits flashs lumineux vous permettront d’avancer sans peine. D’ailleurs, Candleman ne joue clairement pas sur la difficulté et viendra plutôt utiliser cette idée toute simple comme base d’une histoire et d’une progression narrative, non comme un moyen de punir un joueur un peu avide de lumière. Au delà des 10 secondes, vous avez 10 vies par niveaux. Il faut donc clairement le vouloir pour les utiliser toutes. De toute façon, les épuiser ne vous ramènera qu’au début du niveau. Pas de quoi avoir peur de ne pas y arriver !

Test :

Pour rappel, les parties Gameplay, Graphismes, Bande-son/scénario (moitié pour chaque) et Scénario sont notées sur /5. Le test final est noté sur /20 et cette note reste une appréciation globale du titre et non une moyenne arithmétique. 

Gameplay :

C’est donc sur la base de ces 10 secondes et surtout sur la lumière que repose tout le gameplay. Au départ, il ne s’agira que d’éclairer son passage (le rafiot est pourri et donc plein de trous). Bien vite, cependant, le jeu va se renouveler en proposant par exemple un passage dans les bois où votre flamme vous permettra d’ouvrir des fleurs ou encore faire avancer des nénuphars. Il sera aussi possible d’allumer des mèches pour créer des explosions, etc. Au final, à chaque fois qu’une idée semble un peu trop exploitée, hop, une nouveauté dans le gameplay et on est reparti avec bonne humeur dans la quête de notre petite bougie.

Au travers des niveaux, vous ne vous battrez pas, tout au plus échapperez vous à quelques ennemis. Il sera plutôt question d’une progression basée sur quelques réflexions (comptez 2 sec pour trouver la solution !) et un peu de plateforme. Le petit challenge sera d’allumer les nombreuses bougies qui parsèment les niveaux, dont certaines servent de checkpoints. Si vous n’y êtes pas forcés, vous aurez une petite récompense en la forme d’une petite phrase si vous y arrivez, de quoi faire progresser l’histoire. En effet, si une voix off raconte bien le jeu, chaque début de niveau commencera par une phrase et se termine par une autre, le tout en rime. Petite précision, si Candleman propose bien une version française, fuyez là comme la peste, elle vient clairement tout droit d’un traducteur automatique (navire est traduit par ponton …) et ne veut clairement pas dire grand chose.

Si le gameplay rappelle des jeux comme Abzu ou Journey, tout dans la contemplation et dans une relative facilité, celui de Candleman n’est pas toujours précis avec des sauts un peu chaloupés ce qui entraine parfois quelques chutes malencontreuses. Rien de terrible mais parfois frustrant, surtout sur la dernière partie où il vous faudra jouer avec votre ombre. Mais au final la véritable force du jeu est de continuellement se renouveler de manière logique et cohérente, le tout autour de la faible lumière créée par notre bougie.

Note :

Graphismes :

Développé avec Unity, Candleman n’est pas un étalon graphique mais c’est difficile de véritablement le juger … nous sommes dans la pénombre en permanence ! Disons que les effets de lumières sont très réussis et qu’il y a une attention aux détails, comme la cire qui goutte derrière vous.

Candleman ne vous arrachera pas la rétine et ne jouera pas sur le côté « wahou » pour faire passer son histoire mais s’en sort très bien, surtout que la petite bougie, bien que simple (un bête bougeoir en bois sur pattes), aura tout votre capital sympathie très rapidement.

Note :

Bande-Son/Scénario :

Pour la partie sonore, c’est le sound design qui est vraiment de qualité. Votre allumage se répercutera par exemple dans le bateau et les sons d’ambiance entourent le tout d’un petit charme, de vos pas sur le bois, aux clapotements de l’eau en passant par des bruits plus aigus sur le métal.

Pour une production indépendante, on voit qu’ils ont tenu à coeur de nous proposer une partie sonore de qualité, ce qui n’est pas toujours le cas avec les « indés ».

Note :

Candleman mise beaucoup sur son scénario. Ce n’est certes pas forcément recherché mais cette quête, au départ, d’une petite bougie vers un phare bien lumineux est agréable à suivre et on prend plaisir à savoir ce qu’il va arriver à notre petite protégée. De plus, la version PC contient le DLC rajoutant trois chapitres, de quoi terminer le jeu de bien meilleure façon car il faut bien le dire … sans celui-ci la fin est bien trop abrupte et peu adaptée au ton de l’aventure.

Note :

Durée de vie :

Ce genre d’aventure ne dure jamais bien longtemps. Avec cette édition complète, et avec pour objectif de récolter l’ensemble des bougies sur votre parcours, comptez 6h. Bien entendu, avec des niveaux dirigistes et une fable qui ne se lâche qu’une fois terminée, n’espérez pas une quelconque rejouabilité. Un mode « chrono » est bien disponible pour vous mesurer au monde mais il tient plus de l’ajout gentil des développeurs que d’un véritablement argument de vente. Le faible prix du jeu, 14,99 €, viendra jouer en sa faveur.

Note :

Optimisation – Interface – options graphiques :

Portage pur et dur de la version XboxOne, Candleman tourne comme un charme. Il faut dire qu’il n’affiche rien d’extraordinaire. Aucune option graphique n’est accessible mais pour un tel jeu. Est-ce vraiment nécessaire ?

On lui reprochera par contre sa traduction française, comme déjà mentionné plus haut, totalement aux fraises, au point de rien vouloir dire. Passez plutôt en anglais. De toute façon, l’histoire se comprend d’elle-même par l’image.

Note :

Conclusion :

Avec son idée toute simple, Candleman arrive à nous emporter dans une expérience plaisante, certes pas très longue. On peut lui reprocher son côté dirigiste et son manque de challenge mais n’est-ce pas parfois juste intéressant et relaxant de découvrir une aventure aux commandes d’une petite bougie et de se laisser happer par son destin ?  A vous de voir.

  • Images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plateformes PC, XboxOne
Développeur Spotlightor Interactive
Editeur Spotlightor Interactive, Zodia Interactive
Date de sortie 1 février 2017 (XboxOne) – 1 février 2018 (PC)
Prix (Steam) 14,99 €
Configuration recommandée Windows 7 (64-bit), Intel CPU Core i7 ou équivalent, 8 Go de RAM, Nvidia GPU GeForce GTX750 ou équivalent, 4 Go d’espace libre

Laisser un commentaire